FRANCE

François Fillon reconduit à la tête du nouveau gouvernement

Le premier ministre François Fillon a été reconduit dans ses fonctions après une démission qui aura duré moins de 24 heures. Le suspense a duré toute la journée de dimanche à propos de la composition de la nouvelle équipe. Les annonces devraient être faites encore ce soir, avant 20 heures. Les ministres Eric Woerth et Bernard Koucher seraient sur le départ.

On en parle depuis les dernières élections régionales. Après quatre mois et demi d‘attente et de suspens, l’heure du remaniement du gouvernement français a sonné. François Fillon a finalement été reconduit à son poste de premier ministre. Le président Nicolas Sarkozy l’a annoncé dimanche en milieu de matinée. Vers midi, les deux hommes se sont entretenus. Puis, toute la journée de dimanche, les contours du nouveau gouvernement ont fait l’objet de spéculations. Les informations filtrant au compte-gouttes sur les sites des médias français au gré de déclarations ou des fuites en provenance de l’Elysée ou de Matignon.

Ce nouveau gouvernement devrait être plus resserré autour de son chef. Il se doit d’être un gouvernement de combat pour aborder la longue phase préélectorale précédant les prochaines élections présidentielles de 2012. Mais le président Sarkozy et François Fillon doivent aussi donner une image de changement pour éviter trop de commentaires sur le mode : « Tout ça pour ça ! »

« Je m’engage avec détermination dans une nouvelle étape qui doit permettre à notre pays de renforcer la croissance de son économie au service de l’emploi, de promouvoir les solidarités et d’assurer la sécurité de tous les Français », a souligné le Premier Ministre reconduit dans un communiqué, donnant ainsi les grandes lignes de la politique qu’il entend mener.

Le ministre de l’environnement, Jean-Louis Borloo, donné favori durant quelques semaines pour reprendre Mtignon, a finalement échoué. Nicolas Sarkozy ne change pas de cap politique, le profil social du centriste lui devenait moins utile dès lors que la bataille des retraites a été finalement gagnée. Jean-Louis Borloo a confirmé dimanche après-midi qu’il quittait le gouvernement. L’alternative était qu’il accepte un ministère plus important que celui de l’environnement - celui de la Justice lui aurait été proposé. L’enjeu est de taille: c’est celui de la place et de la reconnaissance du mouvement centriste dans l’exécutif.

Les spéculations allaient bon train dimanche à Paris quant aux contours de la nouvelle équipe autour de François Fillon. Alain Juppé, le maire de Bordeaux, devrait y faire son entrée, comme ministre de la Défense. Christine Lagarde, la ministre de l’économie, pourrait prendre les Affaires étrangères. Jean-Français Copé aurait refusé le portefeuille de l’Intérieur pour faire main basse sur le secrétariat général de l’UMP, le parti de la majorité présidentielle.

Du côté des sortants, plusieurs noms circulent : ceux de Bernard Kouchner, au Quai d’Orsay, de Fadela Amara, la secrétaire d’Etat chargée de la politique de la Ville ou de Rama Yade, la très populaire secrétaire d’Etat aux Sports, ce qui marquerait la fin de l’ouverture à d’autres courants politiques. Eric Woerth, le ministre des retraites devenu encombrant à cause du rôle qu’il aurait joué dans l’affaire Bettencourt, serait aussi sur le départ.

Publicité