François Fillon n’est plus seulement le candidat de la droite française à la présidentielle. Il est désormais l’homme que rien ne pourra plus arrêter dans sa course à l’Elysée. «Je ne céderai pas, ne me rendrai pas», a asséné mercredi l’ancien premier ministre, quelques heures après avoir reçu une convocation des juges à laquelle il se rendra le 15 mars prochain. «Je ne me retirerai pas, a-t-il poursuivi. J’irai jusqu’au bout parce qu’au-delà de ma personne, c’est la démocratie qui est défiée […] Nombre de mes soutiens parlent d’assassinat politique. C’est un assassinat, en effet…»

Lire aussi notre éditorial: La présidentielle française ne doit pas être «assassinée»

«Assassinat» politique

Sa détermination, affirment ses soutiens, vient de sa conviction d’être politiquement exécuté, par les juges en charge du «Penelopegate». Ce sont eux, conduits par le juge d’instruction Serge Tournaire – connu pour avoir mené les investigations sur l’affaire Bygmalion du financement de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2012, et pour avoir renvoyé celui-ci en procès – qui ont pris l’initiative de convoquer l’ancien premier ministre en vue de sa mise en examen pour «détournement de fonds publics et recel».

Une même convocation aurait été adressée à son épouse Penelope Fillon. Le Canard enchaîné a, rappelons-le, révélé que cette dernière aurait été rémunérée de 1998 à 2013 jusqu’à 1 million d’euros pour un travail d’assistante parlementaire à l’Assemblée nationale, puis de collaboratrice à la Revue des deux mondes. Deux des enfants du couple sont aussi visés par les poursuites, pour avoir été employés par leur père, alors sénateur. Manipulation? «L’enquête préliminaire a été ouverte en quelques heures a affirmé le candidat. Les procès-verbaux, contrairement à la loi, ont été immédiatement communiqués à la presse sans qu’à aucun moment le Garde des Sceaux ne s’en émeuve. L’Etat de droit a été systématiquement violé. La presse s’est faite l’écho des convictions des enquêteurs et d’elles seules. Les arguments de fait que j’ai présentés n’ont pas été entendus, ni relayés. Les arguments de droit, partagés par des grands professeurs de droit et par un ancien secrétaire général du conseil constitutionnel, ont été écartés d’un revers de la main. La présomption d’innocence a complètement et entièrement disparu.»

Trois éléments «à charge»

L’argument de François Fillon, qui bénéficie toujours de la présomption d’innocence et n’a évidemment pas été condamné, est fidèle à sa dénonciation d’un «coup d’état institutionnel». Il s’appuie sur trois éléments clés, selon lui «à charge»: l’annonce quasi immédiate d’ouverture d’une enquête préliminaire par le Parquet national financier (PNF), dès les premières révélations du Canard Enchaîné le 25 janvier; le fait que cette juridiction créée en 2013 par François Hollande s’est auto-saisie de façon abusive et aurait contrevenu à la séparation des pouvoirs puisque les faits reprochés ont eu lieu en partie au parlement; et la décision des magistrats instructeurs nommés à la suite de l’ouverture la semaine dernière d’une information judiciaire – Serge Tournaire, Stéphanie Tacheau et Aude Buresi – de le mettre en examen dès leur première convocation.

François Fillon n’a en revanche pas souvenu qu’il s’était de lui-même engagé le 26 janvier à renoncer s’il était mis en examen. Promesse ensuite abandonnée. «J’avais souhaité que la justice agisse vite dans cette période particulière qu’est la campagne présidentielle, a-t-il ensuite déclaré au Figaro. Mais la justice n’a pas pris de décision. L’enquête se poursuit et l’horloge tourne. Plus on s’approche de la date de l’élection présidentielle, plus il serait scandaleux de priver la droite et le centre d’un candidat.» Il omet par ailleurs que l’ouverture accélérée d’une information judiciaire a été décidée par le PNF pour éviter la prescription des faits qui risquait d’intervenir. Une loi de procédure votée le 16 février menaçait de rendre les poursuites impossibles pour les faits antérieurs à 2005.

Convocation ordinaire

Qu’en dire? D’abord que la convocation rapide du candidat par les juges n’est pas extraordinaire. Dans l’affaire des faux assistants du FN, Marine Le Pen a elle aussi été convoquée, et elle refuse d’ailleurs d’obtempérer. Le candidat de la droite, député de Paris dans la législature qui s’achève, bénéficie en outre d’une immunité qui le protège, comme c’était le cas pour Jacques Chirac, mis en examen dans l’affaire des HLM d’Ile-de-France alors qu’il briguait l’Elysée en 1995. On peut donc penser que les magistrats, sur la base de l’enquête préliminaire conduite par l’office anticorruption, disposent d’éléments substantiels. L’instauration d’une pause judiciaire durant la campagne, réclamée par le Front national, est aussi discutable: «Il n’existe aucun texte prévoyant une telle suspension, a expliqué le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas. Quelle en serait d’ailleurs la raison? Au nom de quelle exception?»
Autre argument de François Fillon: l’objet du délit présumé. Selon ses avocats, le «détournement de fonds publics» sur lequel portent les investigations ne s’applique pas aux parlementaires qui gèrent juste leur enveloppe budgétaire.

Lire aussi: Candidats contre juges, le duel présidentiel français

Les défenseurs de François Fillon redisent aussi que l’emploi de proches par les députés et sénateurs est légal en France. Ce qui est juste. Problème: la loi condamne en revanche les emplois fictifs, y compris dans le secteur privé, car le système français de retraite et de sécurité sociale est public, financé par une cotisation sur les salaires. Ne pas travailler, mais être payé, revient donc à jouir de droits indus de façon illégale. C’est ce point-là qui est névralgique. Or jusque-là, hormis des témoignages, les enquêteurs ne semblent pas avoir «matérialisé» les emplois de Penelope Fillon. Laquelle, on le sait, avait en plus nié dans un entretien avoir été l’assistante de son mari.

Troisième preuve du complot pour les fillonistes: la soi-disant mainmise de François Hollande sur les magistrats. Il est vrai que le président, en France, nomme les juges les plus importants. Mais accuser l’actuel chef de l’Etat d’interférer revient à oublier le tollé suscité, dans la magistrature, par ses propos sur la «lâcheté des juges» dans le livre «Un président ne devrait pas dire ça…» (Ed. Stock). François Fillon s’estime scandaleusement criblé de balles par la justice. Rien ne permet avec certitude de lui donner raison.


La crise de nerfs de la droite

La surenchère de François Fillon place son camp politique devant le pire des choix: rester unie au risque de tout perdre aux présidentielles et aux législatives

«Je crois au respect de la parole donnée. Elle est indispensable à la crédibilité de la politique. Or François Fillon avait dit, le 26 janvier, qu’il renoncerait s’il était mis en examen…». Ces phrases, une seule personnalité de droite de premier plan les a pour l’heure prononcées, en annonçant mercredi après-midi sa démission de l’équipe du candidat de la droite: son ancien adversaire à la primaire Bruno Le Maire.

Lire aussi: François Fillon, la redoutable surenchère

Fracture

Que feront, demain, les autres ex-rivaux du candidat résolu à ne pas renoncer? La décision de l’UDI (centre) de suspendre sa participation à la campagne et le début d’une rébellion au sein des députés de droite (Pierre Lellouche, proche de Nicolas Sarkozy, qui parle d’un «point de non-retour») attestent de la gravité des fractures. «Pour la droite, tout est en train de basculer, expliquait hier l’ancien député européen libéral Jean-Louis Bourlanges, partisan du retrait de François Fillon depuis le refus du Parquet national financier (PNR) d’abandonner les poursuites. Non seulement la présidentielle sera perdue, mais les législatives seront une débâcle. Car les électeurs ne comprennent plus.»

La crise de nerfs de la droite française explique le déroulement de la journée folle de mercredi, durant laquelle le candidat Fillon a, à plusieurs reprises, été en vain sommé de renoncer. Il est 7h45 lorsque ce dernier reporte sa visite prévue au Salon de l’agriculture, où l’attendent déjà des caméras. La convocation judiciaire du 15 mars, tombée un peu plus tôt, a déclenché un début de panique. Le «conciliateur» président du Sénat, Gérard Larcher, affirme alors à ses proches que «ce n’est plus possible». La communicante Anne Méaux, très critiquée pour sa gestion du «Penelopegate», reçoit des cascades d’appels. Certains journalistes croient même, vers 10h30, que tout est plié. Alain Juppé est de nouveau donné comme «plan B». Erreur. Sauf que… «Tout a changé depuis le 6 février. Ils restent unis autour de lui, mais ils ne croient plus à sa campagne», reconnaît un porte-parole du candidat Fillon, en référence à la conférence de presse tenue alors par l’ancien premier ministre.

Hourras et huées

La campagne: c’est le talon d’Achille. A l’image de l’accueil réservé hier à François Fillon au Salon de l’agriculture. Il est 15h. Des hourras se font d’abord entendre. Puis des huées, ponctuées d’insultes. Les mots «voleur», «tricheur» et «imposteur» empêchent l’ex-député de la Sarthe de s’exprimer. Une ambiance d’affrontement qui, depuis plusieurs semaines, décourage ses troupes. Lundi à Meaux, ville de son ex-rival pour la présidence de l’UMP Jean-François Copé, aucun bain de foule ou rencontre inopinée avec les gens n’a pu avoir lieu. La semaine précédente, à Tourcoing (Nord), l’énergique maire sarkozyste de la ville, Gérald Darmanin, a avoué sa «déprime» à la presse régionale. Comment briser ce cercle vicieux de l’isolement alors que partout, les militants anti-Fillon se mobilisent pour compliquer sa venue ou interrompre ses prises de parole?

«De son côté, c’est la surenchère. Au sein de la droite, c’est le délitement programmé. Toutes les haines sont parties pour remonter à la surface», parie un cadre du PS. La grande manifestation de soutien à François Fillon annoncée pour dimanche à Paris permettra-t-elle aux dirigeants de la droite et à l’électorat conservateur de se ressouder? «Gagner la présidentielle, c’est convaincre au-delà de son camp», résume Jean-Christophe Lagarde, de l’UDI. Comme pour mieux dire que ce n’est plus possible. (R. W.)


«La justice est une cible classique»

Opposer justice et volonté populaire est un ressort habituel des partis populistes, analyse le politologue suisse Oscar Mazzoleni. Acculé, François Fillon y recourt lui aussi

Professeur de sciences politiques à l’Université de Lausanne, Oscar Mazzoleni analyse la fuite en avant du candidat Fillon et voit des similitudes avec la Suisse.

Le Temps: Que vous inspire cette manière d’opposer les juges et le peuple?

Oscar Mazzoleni: Que ce soit Geert Wilders au Pays-Bas, Marine Le Pen en France, le Parti de la liberté en Autriche ou l’UDC suisse, tous ces partis souvent classés comme «droite populiste» utilisent ce ressort. Ces partis tendent à avoir une vision homogène du peuple et dénoncent tout ce qui pourrait entraver sa souveraineté. La justice et les juges sont souvent une cible classique en raison du pouvoir qu’ils incarnent. Les juges sont alors présentés comme des élites qui manquent d’impartialité et refusent de se soumettre à la volonté populaire. Les médias sont d’ailleurs aussi dans le viseur. Il n’y a qu’à voir les attaques récurrentes contre le quatrième pouvoir de la part du président américain Donald Trump.

– Mais François Fillon n’est pourtant pas classé comme «populiste», contrairement à la candidate du Front national (FN) Marine Le Pen?

– Non. Mais la question judiciaire est devenue si omniprésente dans cette campagne, que tous les candidats sont obligés de se positionner. Pour François Fillon, c’est sa dernière ligne de défense, une question de survie. Mais il rejoint ainsi la posture de Marine Le Pen, qui disqualifie les juges comme empêchant les Français d’élire les dirigeants de leur choix. Contrairement à François Fillon, la présidente du FN ne se rendra pas à la convocation de la justice. C’est une position assumée, elle, qui vise à dénoncer la partialité du pouvoir judiciaire, à le présenter comme partie prenante de la campagne.

– La justice française est en position d’arbitre de la présidentielle. Il y a de quoi s’interroger, non?

– C’est une situation difficile: si les juges n’agissaient pas et attendaient les résultats des élections, on leur reprocherait également leur politisation.

– En Suisse, le débat entre pouvoir de la loi et du peuple est-il toujours aussi vif?

– En février 2016, l’UDC a enregistré une défaite sur sa seconde initiative pour le renvoi des criminels étrangers. Ce parti plaidait pour que ce renvoi soit automatique, déniant ainsi toute marge d’appréciation des juges. Et cela, d’abord, pour affirmer la primauté des choix du peuple envers tout pouvoir institué, y compris le pouvoir judiciaire. C’est un débat qui va revenir sur le devant de la scène, avec l’initiative contre les juges étrangers déposée l’été dernier.

(Propos recueillis par Simon Petite)