Le 10 novembre, François Hollande sera interrogé par la cour d’assises spéciale dans le cadre du procès géant des attentats survenus à Paris il y a six ans, presque jour pour jour, le 13 novembre 2015. Une audience en forme de rappel de la menace terroriste islamiste qui pèse toujours sur la France et les pays occidentaux, dont la Suisse. Une illustration, aussi, de la réalité du monde d’aujourd’hui où nos modes de vie, mais surtout nos démocraties, sont visés par ceux qui veulent les affaiblir voire les détruire. Que veut encore dire, dans ce contexte, la neutralité suisse dont Micheline Calmy-Rey défend le principe dans son livre récent Pour une neutralité active (Savoir suisse) et en vante même les vertus pour le continent européen?