Les relations franco-chinoises sont de nouveau malmenées par un vieux fantôme naval. Il y a bientôt trente ans, en 1991, l’acquisition par Taïwan de six frégates de la classe La Fayette – alors considérées comme le nec plus ultra des navires militaires de surface – avait provoqué une crise ouverte entre Paris et Pékin. La signature, ces jours-ci, d’un contrat de modernisation de ces vaisseaux par une société liée au Ministère français de la défense a remis à flot ce contentieux. Un sujet à la fois épineux sur le plan stratégique pour la France, puissance maritime présente en Asie-Pacifique via ses bases de Nouvelle-Calédonie et de Polynésie, et explosif sur le plan politique, tant le souvenir des «frégates» réveille de cauchemars politico-financiers domestiques.