L’essentiel

L’ONU lance un appel à de nouveaux fonds à hauteur de 4,7 milliards de dollars, afin notamment de tenter de prévenir de nouvelles famines liées à la crise.

La Banque d'Angleterre publie des prévisions extrêmes: chute du PIB de 14% cette année, rebond de 15% l'année prochaine.

En France, le premier ministre Edouard Philippe a dévoilé la carte des départements plus ou moins affectés selon plusieurs critères. Le pays est coupé en deux, avec un bloc du Nord-Est en rouge.

Retrouvez les nouvelles de mercredi.


■ Fribourg donne les détails de son système de dépistage

Le Conseil d’État fribourgeois a présenté ce jeudi ses lignes et pratiques prévues en matière de dépistage et traçage du virus. Elles préfigurent sans doute ce qui sera mis en place ailleurs. Les points forts:

  • Désormais, toute personne qui présente des symptômes, même «légers, ne nécessitant pas de consultation médicale», peut demander un test.
  • Elle doit remplir le questionnaire Coronacheck, ce qui lui fournit un bon.
  • Elle se rend avec ce bon dans l’un des quatre centres de dépistage prévus dans les sites de l’Hôpital fribourgeois à Meyriez, Tafers, Riaz et Fribourg.
  • La réponse vient dans les 48h.
  • Si le test se révèle positif, la personne est tenue de s’isoler pendant 10 jours au moins, et 48 heures après la fin des symptômes. Les «contacts étroits» doivent observer une même quarantaine de 10 jours.
  • Les services de la médecin cantonale, qui ont des renforts de la Ligue pulmonaire, contactent la personne touchée. Ils rappellent cinq jours plus tard, puis encore cinq jours.
  • Il est précisé que la police pourra aider les services médicaux pour les «enquêtes» de proximité.

■ La Suède a passé le seuil des 3000 décès

La Suède a officiellement dépassé les 3000 morts provoquées par le nouveau coronavirus, ont annoncé jeudi les autorités sanitaires.

Dans ce royaume de 10,3 millions d'habitants, qui a pris des mesures plus souples que la plupart des autres pays européens pour tenter de contenir la pandémie, 99 nouveaux décès ont été enregistrés ces dernières 24 heures, portant à 3040 le nombre total des morts dues au Covid-19 pour 24 623 cas confirmés.

Selon l'agence de santé publique, la Suède n'a pas atteint sa capacité maximale de prise en charge des malades.


■ Trois tilleuls pour le souvenir des temps de crise

Simonetta Sommaruga, qui préside la Confédération cette année, a arrosé jeudi à Berne trois tilleuls à grandes feuilles, plantés en souvenir de la session extraordinaire dédiée au coronavirus. Les arbres grandiront à quelques encablures de BernExpo.

Les arbres, disposés en triangle, vont devenir un symbole pour surmonter la crise due au coronavirus, a déclaré Simonetta Sommaruga. Une plaque avec une inscription figure sous chacun des trois arbres âgés de 12 à 15 ans. On peut y lire en allemand, en français et en italien, «Ensemble, nous pouvons grandir. Ensemble, nous pouvons sortir de la crise plus forts.»


■ La France va sortir de la crise «lentement mais sûrement»

Le premier ministre français Edouard Philippe s'exprime en ce moment. Il affirme que le pays est prêt pour le début du déconfinement, mais qu'il y a des «déceptions» concernant la fameuse carte, qui établit le statut des départements selon certains critères.

La carte. Le premier ministre note ainsi qu'en Ile-de-France, le nombre de cas «reste plus élevé» qu'espéré. Da population est priée de «limiter les déplacements au strict minimum».

Et voici la fameuse carte:

Ecoles. Les autorités misent sur le retour d'un million d'écoliers dans les établissements. Rappelons qu'en France, la reprise de l'école est facultative.

Transports. Pour les salariés, «le télétravail reste la règle», affirme la ministre des Transports Elisabeth Borne. Elle ajoute: «L'accès aux transports en commun aux heures de pointe sera réservé à ceux qui disposent d'une attestation employeur ou peuvent justifier leur déplacement par un motif impérieux.» Des stations ou gares pourront être fermées si elle sont trop fréquentées.

Restaurants. Dans les départements verts, les cafés, restaurants et lycées pourraient rouvrir dans trois semaines – la situation sera réévaluée. En Ile-de-France, les centres commerciaux de plus de 40 000 mètres carrés ne pourront pas rouvrir.

Frontières. Les restrictions aux frontières avec les pays de l'espace européen (Union européenne, Schengen, Royaume-Uni) seront «prolongées jusqu'au 15 juin au moins» et les frontières avec les pays non-européens «resteront fermées jusqu'à nouvel ordre», a annoncé jeudi le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner. Avec les pays européens, la libre circulation des travailleurs frontaliers sera préservée, a-t-il ajouté.


■ Les Italiens pourront retourner à la messe, avec un masque

Après des jours de tensions, l'Eglise et le gouvernement italiens ont signé ce jeudi un accord pour permettre aux catholiques de renouer avec les célébrations religieuses à partir du 18 mai. Il y a des conditions précises.

Masque pour tout le monde. Le masque sera obligatoire, l'eau bénite proscrite. Les fidèles devront bien sûr rester espacés et il sera précisé que les gens ayant de la fièvre ne seront pas admis.

Le défi des hosties. La question la plus délicate d'un point de vue hygiénique concernait la distribution individuelle d'hosties. Le célébrant devra se désinfecter les mains, mettre des gants à usage unique et un masque de protection, puis lâcher l'hostie «sans entrer en contact avec les mains des fidèles» et en respectant «une distance de sécurité adéquate».

Pas de quête. La quête réalisée dans les rangs de l'église pendant une célébration est jugée «inopportune». En revanche, des dons peuvent encore être laissés dans des boîtes placées par exemple à l'entrée du lieu de culte.

... et pas de chorale. Si un organiste est toléré, les chorales sont en revanche encore bannies.

Confessions masquées. Quant aux confessions, elles devront avoir lieu dans des endroits «vastes et aérés» permettant le respect de la distanciation sociale et de la confidentialité. Le confesseur et le confessé devront néanmoins tous deux porter un masque de protection.


■ L'Etat allemand pourrait entrer dans le capital de Lufthansa

Lufthansa négocie avec l'Etat allemand un plan de sauvetage «de 9 milliards d'euros». Il pourrait inclure une nationalisation partielle du groupe, pour lui éviter la faillite en raison de la crise liée au coronavirus.

Les négociations «en cours» portent sur un crédit, mais aussi «sur une entrée de l'Etat au capital de l'entreprise» allant jusqu'à 25% et une action, c'est-à-dire une minorité de blocage, explique la compagnie aérienne dans un communiqué. Elle ajoute que l'Etat «vise à obtenir un siège au conseil de surveillance» du groupe.

«Une participation silencieuse et un crédit garanti» sont également discutés, précise Lufthansa, qui perd actuellement un million d'euros par heure. Le coronavirus a mis à l'arrêt la quasi-totalité de ses opérations passagers.


■ Les agriculteurs ont suffisamment de saisonniers malgré le virus

Asperges, rhubarbes, tomates, carottes et fraises suisses commencent à arriver dans les assiettes des consommateurs, les exploitations agricoles ayant en grande partie pu recruter suffisamment de main-d'oeuvre, malgré la fermeture partielle des frontières causée par la propagation du coronavirus. La pandémie entraîne cependant des coûts de production plus élevés.

«Pour le moment, il n'existe pas de problème majeur au niveau du recrutement de travailleurs saisonniers à l'étranger ou en Suisse», indique à AWP le responsable de la communication de Fruit-Union Suisse (FUS), Christian Schönbächler.

Pour l'ensemble des fruits produits en Suisse, jusqu'à 10 000 personnes peuvent être recrutés.

Selon une étude menée en 2014, l'agriculture suisse a besoin d'environ 20 000 à 25 000 saisonniers étrangers chaque année. Ils viennent principalement de Pologne, du Portugal, de Roumanie et de France. Pour la récolte des fraises, le fruit local occasionnant le plus de travail, quelque 5000 à 6000 travailleurs sont nécessaires.


■ Les supporters ne veulent pas d’une reprise du championnat

Dans un communiqué commun, plusieurs groupes de supporters romands et tessinois demandent que le championnat de football soit suspendu «aussi longtemps que cela sera nécessaire». Ces «passionnés du ballon rond» s’insurgent contre le plan de reprise «rocambolesque» du championnat présenté fin avril par la Swiss Football League. Ils dénoncent l’idée d’un «football à tout prix», «sans supporters», «aseptisé et dénué d’émotion» et jugent les mesures proposées «contraires aux principes d’un sport collectif de contact». Le communiqué cite en exemple la saison du championnat de hockey sur glace, qui a été annulée. Ce qui prouve, selon ces groupes de supporters, la logique «mafieuse» de l’UEFA et le dévoiement du football professionnel mondial.


■ 66 nouveaux cas, 13 décès supplémentaires en 24 heures

Au total, le pays compte 66 cas confirmés de plus que mercredi, soit un total de 30 126 cas depuis le début de l’épidémie, selon les chiffres du jour de l’OFSP. Ce nombre de nouveaux cas quotidiens est légèrement plus élevé que mercredi (51) et mardi (28). Selon ces données officielles, qui se réfèrent aux annonces des laboratoires et des médecins reçues par l’Office fédéral, 1518 personnes testées positives sont décédées en Suisse et au Liechtenstein, soit 13 de plus que mercredi. Ces chiffres peuvent légèrement diverger des données des cantons.

Parmi les personnes décédées, 58% étaient des hommes et 42% des femmes. Leur âge allait de 31 à 108 ans, avec un âge médian de 84 ans. Le nombre de personnes décédées par 100 000 habitants était 2 à 3 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes selon l’âge. L’incidence se monte à 351 cas de coronavirus pour 100 000 habitants. Environ 296 100 tests ont été effectués pour le virus du Covid-19, dont 12% étaient positifs. Plusieurs tests positifs ou négatifs sont possibles chez la même personne, rappelle l’OFSP.

Par rapport à la taille de leur population, les cantons de Genève (1031,1 cas pour 100 000 habitants), Tessin (912,1), Vaud (681), Bâle-Ville (573,5) et du Valais (539,9) sont les plus touchés.


■ Tourisme (2): en mars en Suisse, -62%

L'Office fédéral de la statistique a publié ce matin les premiers chiffres de l’hôtellerie suisse touchés par la crise, ceux de mars.

  • L’hôtellerie a enregistré 1,3 million de nuitées, soit -62,3%/-2,1 mio de nuitées par rapport à la même période de l’année précédente.
  • Les visiteurs étrangers affichent 557 000 nuitées (‑68,1% / -1,2 mio).
  • Les hôtes indigènes génèrent 707 000 nuitées (-55,9%/-897 000).

■ Tourisme (1): une chute mondiale

Le nombre de touristes internationaux pourrait reculer de 60 à 80% en 2020 sous l’effet de la pandémie de nouveau coronavirus, a annoncé jeudi l’Organisation mondiale du tourisme, qui tablait fin mars sur une chute de 20 à 30%.

Les arrivées ont déjà chuté de 22% au premier trimestre sur un an, et même de 57% au mois de mars après le début du confinement dans de nombreux pays, précise cette agence de l’ONU basée à Madrid.


■ Donald Trump émet «des sons discordants, mensongers et hypocrites»: la joute verbale américano-chinoise se durcit

La Chine dénonce des propos «mensongers» au lendemain de critiques du président Donald Trump, qui a répété que Pékin aurait dû stopper l’épidémie de coronavirus.

Assurant mercredi que la pandémie, apparue en Chine à la fin de l’an dernier, était «pire» que l’attaque sur Pearl Harbor en 1941 et les attentats du 11-Septembre 2001, le président américain a renouvelé ses attaques à l’adresse de la Chine, en estimant que «cela n’aurait jamais dû arriver».

En réaction, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a affirmé que «de nombreux pays, experts et savants ont tous fait des commentaires positifs à l’égard de la prévention et du contrôle du virus par la Chine». «Seuls les Etats-Unis produisent des sons discordants, mensongers et hypocrites».


■ L’USS parle de licenciements liés au virus

Les chiffres du chômage, même moins graves que redoutés, vont être l’un des sujets du jour. L’Union syndicale suisse, qui salue les «mesures considérables» du Conseil fédéral en matière de chômage partiel, dénonce des «licenciements inadmissibles».

«En moins de deux mois, le nombre de personnes au chômage a grimpé de plus de 40%, soit près de 50 000 (chiffres corrigés des valeurs saisonnières). Cela n’était encore jamais arrivé» écrit la faîtière, en ajoutant: «Nous trouvons particulièrement choquant de voir que le chômage augmente beaucoup aussi dans des branches qui n’ont pas été touchées par les fermetures obligatoires. C’est le cas par exemple dans l’industrie des machines et de l’horlogerie, dans la construction et dans les banques.»


■ Un instantané: le Bundestag reprend ses travaux

Le parlement allemand se réunit depuis ce jeudi matin pour discuter des nouvelles mesures de protection, dans le cadre du déconfinement partiel.


■ Madonna dit avoir été atteinte il y a sept semaines

Madonna affirme avoir été testée positive au Covid-19 après avoir été malade «il y a sept semaines» en France, comme une partie de sa troupe.

«Quand vous êtes testés positifs aux anticorps, cela veut dire que vous AVIEZ le virus, ce qui a clairement été mon cas puisque j’ai été malade à la fin de ma tournée à Paris il y a sept semaines, comme plusieurs autres artistes de mon show», a indiqué l’interprète de MadamX. «Mais à l’époque, nous pensions tous que nous avions une très mauvaise grippe. Dieu merci nous sommes tous en forme et en bonne santé maintenant», révèle encore la star de 61 ans.


■ Les chiffres poussés de la Banque d’Angleterre

La Banque d’Angleterre prévoit une chute historique de 14% du produit intérieur brut au Royaume-Uni cette année à cause du choc économique provoqué par la pandémie de coronavirus. En même temps, elle maintient son taux directeur à 0,1%, un record de faiblesse.

Dans son rapport trimestriel, elle indique s’attendre à un vif rebond en 2021, projeté à +15%.


■ L’ONU lance une récolte de fonds en visant 4,7 milliards de dollars

L’ONU lance un appel à de nouveaux fonds à hauteur de 4,7 milliards de dollars pour «protéger des millions de vies et endiguer la propagation du coronavirus dans les pays fragiles». L’organisation avait déjà réclamé 2 milliards le 25 mars.

Les effets les plus dévastateurs et déstabilisateurs se feront sentir dans les pays les plus pauvres du monde

souligne le secrétaire général adjoint de l’ONU pour les affaires humanitaires, Mark Lowcock. «Si nous n’agissons pas maintenant, nous devons nous préparer à une augmentation significative des conflits, de la faim et de la pauvreté. Le spectre de multiples famines se profile», a-t-il averti.


■ La Chaîne du bonheur va soutenir l’aide alimentaire d’urgence

La Chaîne du Bonheur a récolté 37,2 millions de francs en faveur de l’aide en Suisse dans le cadre de sa collecte «Coronavirus», lancée le 23 mars. Elle soutient l’aide dispensée par 81 organisations, notamment l’aide alimentaire et l’aide d’urgence.

La Chaîne du Bonheur soutient à ce jour à hauteur de 9,8 millions de francs l’aide en faveur des personnes en Suisse particulièrement impactées par le coronavirus et les conséquences des mesures de lutte contre la pandémie, précise-t-elle dans un communiqué diffusé mercredi.

Pour la mise en œuvre, elle s’appuie notamment sur deux partenaires expérimentés: Caritas Suisse et ses organisations régionales, et la Croix-Rouge suisse et ses associations cantonales.


■ Le taux de chômage augmente, les experts s’attendaient à pire

Le taux de chômage en Suisse a nettement progressé en avril, passant en un mois de 2,9% à 3,3%, alors que la pandémie pèse lourdement sur l’économie. Ce niveau n’avait plus été atteint depuis mars 2017.

Le taux de chômage pendant le mois sous revue est ressorti dans le bas de la fourchette des prévisions. Les économistes interrogés par l’agence AWP s’attendaient à un taux entre 3,2% et 3,9%.