Friedrich Merz pourrait bien jouer sa dernière carte en politique. A 64 ans, ce chrétien-démocrate, avocat de profession, géant longiligne de 1 mètre 98, n’est pas encore officiellement candidat à la présidence de la CDU mais est d’ores et déjà le favori de la course lancée il y a une semaine par l’annonce surprise du départ d’Annegret Kramp-Karrenbauer (AKK). Ce mardi, cette dernière l’a reçu pour débattre de l’avenir du parti. Elle fera de même avec les trois autres candidats potentiels, Armin Laschet, Jens Spahn et Norbert Röttgen. «Ce pourrait bien être sa dernière chance de revenir au plus haut niveau de la politique allemande», juge Stefan Marschall, politologue à l’Université de Düsseldorf. Friedrich Merz a en effet essuyé plusieurs revers par le passé et pourrait ne pas survivre à un nouvel échec.

Lire aussi: «La succession d’Angela Merkel est totalement instable»