Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le directeur de campagne du Front national David Rachline présente l'affiche du second tour devant la presse à Paris, le 26 avril 2017.
© AFP/Thomas Samson

France

Le Front national ou une stratégie de confrontation risquée

La visite surprise de Marine Le Pen à Amiens donne le ton: la candidate attaquera Emmanuel Macron frontalement

Pour elle, la bataille du second tour se jouera sur un ring. Marine Le Pen compte attaquer frontalement Emmanuel Macron dans le sprint final de la présidentielle. Une stratégie de la confrontation qu’elle a mise en pratique dès mercredi à Amiens. Ce coup médiatique donne le ton. Son directeur de campagne, David Rachline, a présenté vers midi le slogan et l’affiche du Front national pour le second tour. Le parti propose aux Français de «choisir la France». Un slogan pour se démarquer d’un adversaire qui serait le défenseur d’une «mondialisation sauvage».

Lire aussi: Entre Emmanuel Macron et le Front national, la bataille ouvrière

«Emmanuel Macron fait le choix du communautarisme, de la disparition des frontières, de l’effacement définitif de la France. Ce second tour de la présidentielle est un référendum pour ou contre la France», a affirmé le frontiste. Avec ce positionnement, le FN conforte toutefois une posture clivante. Une stratégie risquée, car le parti peine à engranger des soutiens depuis sa victoire au premier tour de la présidentielle. Seule l’ancienne ministre de Nicolas Sarkozy Christine Boutin a déclaré qu’elle voterait pour Marine Le Pen. Les principaux candidats ont appelé les électeurs à faire barrage au FN, excepté Jean-Luc Mélenchon, qui adopte une position ambiguë. Ce «front républicain» est dénoncé par les responsables du FN. «Pour François Fillon, ça sent le ralliement d’opportunisme», a attaqué le vice-président du parti, Florian Philippot, au siège de la campagne.

«Ce n’est pas une affaire de parti»

Le conseiller de Marine Le Pen n’oublie pas sa cible principale. Il s’en est pris au fondateur du mouvement En marche!. «On ne veut pas la continuité de François Hollande. Emmanuel Macron pense qu’on peut gérer un pays comme un ordinateur. Il a une vision marchande, avec lui c’est marche ou crève.» Dans cette dernière bataille, le Front national veut imposer ses thèmes de prédilection: l’immigration, le terrorisme et le projet européen. «Nous choisissons de remettre la France au cœur de toute politique», appuie David Rachline.

Lire également: Pour le Front national, une présidentielle quitte ou double

Dans la dernière ligne droite, Marine Le Pen maintient le cap et ne compte pas adapter son programme. Pour galvaniser ses troupes, elle tient un meeting à Nice ce jeudi et multipliera les déplacements pour donner l’image d’une candidate proche du «peuple», qu’elle compte représenter. Car pour elle, tout reste encore à faire. La candidate frontiste doit combler l’écart avec Emmanuel Macron pour espérer conquérir l’Elysée. «On s’adresse à tout le monde. Ce n’est pas une affaire de parti, c’est une affaire de personnalité», juge Florian Philippot.

Dossier
La France en campagne

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a