> Cinquante ans d’indépendance

Les frontières africaines furent tracées à la règle lors la Conférence de Berlin, en 1885. Pour beaucoup, elles sont la cause de nombreux conflits ou du sous-développement. Certains, comme Bernard Lugan, proposent de les redéfinir sur des bases ethniques. La guerre du Biafra, au Nigeria, les conflits entre le nord et le sud du Soudan, au Rwanda ont un caractère ethnique, rappelle-t-il.

Ou historique, suggèrent d’autres. Avant la colonisation, l’Afrique était faite d’empires. D’autres frontières auraient-elles permis au continent de s’inscrire dans la continuité de son histoire? En 1963, l’Organisation de l’Unité Africaine décide de préserver les acquis coloniaux. Certains panafricanistes regrettent, parlent d’égoïsme ou de manque d’engagement. Les quelques tentatives de fédération comme la République du Soudan en 1960 ou dans la Corne de l’Afrique (au sein de la Somalie, entre l’Ethiopie et l’Erythrée) ont échoué.

Aujourd’hui, les frontières de 1885 restent quasiment inchangées mais des alliances régionales économiques et politiques se sont formées et connaissent quelques succès. La question de l’intangibilité des frontières, qui a longtemps secoué le continent, semble dépassée.