Trois ex-dirigeants de la compagnie Tepco sont poursuivis en justice sur plainte de citoyens japonais pour leur responsabilité dans l'accident nucléaire à Fukushima en mars 2011, ont indiqué lundi des avocats des plaignants. Ils sont accusés de négligences professionnelles.

L'ex-président du conseil d'administration du groupe Tokyo Electric Power (Tepco) au moment du drame, ainsi que deux vice-directeurs généraux doivent être traduits en justice en vertu de la décision prise en juillet dernier par un panel spécial de citoyens, selon une procédure complexe qui a duré des mois.

Lire aussi:  A Fukushima, l'interminable décontamination

«C'est la première fois que la justice va devoir se prononcer sur la culpabilité de quelqu'un dans l'accident nucléaire de Fukushima», a souligné la chaîne de télévision publique NHK. Les trois sont poursuivis pour ne pas avoir pris les dispositions qui auraient permis d'éviter les dégâts causés aux installations par le tsunami ainsi que les avaries en chaîne qui s'en sont suivies.

Les citoyens obtiennent gain de cause

Les citoyens accusent les trois hommes d'être responsables par négligence professionnelle de la mort de 44 personnes âgées évacuées d'un hôpital de Futaba, près de la centrale, dans des conditions déplorables, ainsi que des blessures causées à 13 autres personnes.

Un précédent avis de la justice nippone avait estimé en janvier 2015 «que les preuves n'étaient pas suffisantes pour conclure qu'ils auraient pu prévoir ou éviter» l'accident, mais les citoyens ont finalement eu gain de cause.

Lire aussi:  L'incroyable mensonge de Tepco

Les trois ex-responsables de Tokyo Electric Power vont plaider non coupable, selon la chaîne NHK, chacun avec des arguments censés écarter leur connaissance préalable des risques de survenue d'un tsunami de l'ampleur de celui du 11 mars 2011.

Les militants et les résidents qui vivaient près de la centrale en péril avaient appelé les autorités à inculper une trentaine de responsables de l'entreprise pour n'avoir pas pris les mesures appropriées afin de protéger le site contre un raz-de-marée de grande ampleur, mais aucun n'avait été poursuivi jusqu'à ce jour.