L’enseignante américaine soupçonnée d’avoir tué trois personnes vendredi au cours d’une fusillade dans une université de l’Alabama, en réaction au fait qu’elle ne serait pas titularisée, a été inculpée samedi de meurtres, a-t-on appris de source judiciaire.

Amy Bishop Anderson, 45 ans, mère de quatre enfants, a été également inculpée pour avoir blessé trois personnes, a déclaré le procureur Rob Broussard à la presse à Huntsville. La police a précisé que la meurtrière présumée avait utilisé une arme de calibre 9 mm, découverte dans les toilettes pour dames.

Bishop a été filmée au moment de son arrestation par la chaîne WHNT-TV alors qu’elle montait dans une voiture de police, déclarant, en état de choc: «Il ne s’est rien passé. C’est impossible. Ils sont toujours en vie».

Le président de l’université, David Williams, a fait part samedi à l’AFP de sa stupeur, déclarant que sa première réaction avait été de dire: «Cela n’a pas pu arriver. C’est incompréhensible». L’université, a-t-il ajouté, interdit les armes sur le campus.

Série noire dans les établissements scolaires américains

L’enseignante a ouvert le feu au cours d’une réunion dans le département de biologie, en réaction au fait qu’elle n’obtiendrait pas sa titularisation, alors qu’elle travaillait pour l’université depuis 2003, a rapporté la chaîne de télévision locale WAFF, citant un responsable de la police. David Williams a affirmé que Bishop avait été informée il y a plusieurs mois qu’elle ne serait pas titularisée.

«Il n’y a rien d’inhabituel à ce qu’un professeur soit employé six ans avant qu’une décision finale soit prise» concernant sa titularisation, a-t-il souligné.

Cette fusillade est la dernière en date d’une longue série dans des établissements scolaires aux Etats-Unis. La fusillade la plus meurtrière de l’histoire du pays s’est déroulée dans une université de Virginie (est) lorsque, le 16 avril 2007, un étudiant avait tué 32 personnes sur le campus de Virginia Tech avant de se donner la mort.