Deux Jordaniens ont été tués lors d'une fusillade survenue dimanche 23 juillet dans l'enceinte de l'ambassade d'Israël à Amman, située dans le secteur de Rabieh, dans l'ouest d'Amman, a indiqué une source des services de sécurité jordaniens. Un Israélien a aussi été blessé.

«Le premier Jordanien, Mohammed Jawawdeh (17 ans), a succombé à ses blessures sur place. Le deuxième, Bashar Hamarneh, un médecin qui était présent au moment de l'incident dans le bâtiment résidentiel de l'ambassade, qui lui appartient, est décédé des suites de ses blessures après minuit à l'hôpital», a ajouté cette source sous couvert d'anonymat.

Lire aussi: La situation reste explosive à Jérusalem

Le blessé israélien est «un adjoint du directeur de la sécurité de l'ambassade israélienne et il reçoit toujours des soins à l'hôpital», selon la même source, interrogée par l'AFP. Un précédent bilan fourni par la Sûreté générale jordanienne avait fait état d'un mort jordanien et de deux blessés, l'un israélien et l'autre jordanien.

Dimanche «en fin de journée, la Sûreté générale a été informée d'une fusillade dans un bâtiment d'habitation dans l'enceinte de l'ambassade israélienne», a déclaré la Sûreté générale dans un communiqué. Israël et la Jordanie sont liés par un traité de paix signé en 1994.

Après la fusillade à l'ambassade, «une force de sécurité s'est rendue sur place (...) et a ouvert une enquête sur l'incident», a précisé la Sûreté générale jordanienne. Les forces de sécurité ont encerclé le secteur de l'ambassade en début de soirée et se sont déployées dans les rues voisines.

Lien avec l'esplanade?

Il n'est pas clair dans l'immédiat si l'incident est lié aux tensions provoquées ces derniers jours par la mise en place par Israël de détecteurs de métaux aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est occupée. Ce site ultra-sensible est géré par la Jordanie.

Cette mesure, consécutive à l'assassinat de deux policiers israéliens par des Arabes palestiniens dans la vieille ville de Jérusalem, a engendré des violences meurtrières entre Palestiniens et forces de sécurité israéliennes et suscité la colère en Jordanie, où vendredi, plusieurs milliers de manifestants ont défilé à Amman et dans d'autres villes, à l'appel de la mouvance islamiste et de partis de gauche.