«Nous sommes prêts à prendre toute mesure économique complémentaire si nécessaire pour faire face à une éventuelle aggravation de l'impact sur l'économie mondiale», a affirmé à l'AFP le ministre français de l'Économie et des Finances à l'issue d'un sommet du G20 organisé ce week-end à Ryad, sans détailler les mesures envisagées.

Étalement de charges, appel à la «solidarité» vis-à-vis des fournisseurs: la France a annoncé vendredi plusieurs dispositions pour assister les entreprises françaises pénalisées dans leur activité par l'épidémie.

Lire aussi: Coronavirus: la Suisse ne prend pas de mesures supplémentaires, mais le Tessin tremble

«Le risque est maintenant confirmé, l'impact sur la croissance mondiale également, et c'est désormais une véritable préoccupation de l'ensemble des membres du G20», a souligné le ministre. Dans ce contexte, «nous avons décidé (...) de garantir un suivi attentif et quotidien de l'épidémie et de son développement (...) assuré par la présidence du G20 et par le Fonds monétaire international», a-t-il ajouté.

Frontières fermées au Proche-Orient

Non loin de là, le Pakistan a fermé sa frontière avec l'Iran et Kaboul a «interdit temporairement» les voyages entre l'Afghanistan et l'Iran afin d'empêcher la propagation du coronavirus, ont annoncé dimanche des responsables des deux pays. L'Afghanistan et le Pakistan partagent des frontières très poreuses avec l'Iran, souvent utilisées par les passeurs et pour la traite d'êtres humains. Des millions de réfugiés afghans vivent aujourd'hui dans le pays.

Les décisions des deux pays font suite à l'annonce de la mort de trois nouveaux patients en Iran, devenu dimanche le pays où le nouveau coronavirus a fait le plus de morts hors de Chine, avec huit décès sur un total de 43 cas de contamination.

«La décision d'interdire temporairement tout voyage vers ou depuis l'Iran (par terre ou air)» a été prise «afin de contenir la propagation du coronavirus en Afghanistan», a annoncé le Conseil de sécurité nationale afghan (NSC) dans un communiqué dimanche, précisant qu'aucun cas n'avait pour l'instant été détecté dans le pays.

Au Pakistan, un responsable local ainsi que les «Frontier Corps» ont confirmé la fermeture de la frontière terrestre avec l'Iran. «Nous avons fermé notre frontière avec l'Iran en raison des informations sur des cas de coronavirus dans ce pays», a déclaré un haut responsable du gouvernement de la province du Balouchistan (sud-ouest), qui borde l'Iran.

En Afghanistan trois personnes de retour de la ville de Qom en Iran «présentaient des symptômes similaires à ceux de la grippe aujourd'hui», a déclaré le porte-parole de ministère de la santé publique Wahidullah Mayar à la télévision dimanche, ajoutant qu'elles avaient été placées en quarantaine.

Système de taxation mondial

Outre un plan d'action visant à protéger l'économie mondiale de l'impact de l'épidémie, les dirigeants financiers des 20 premières économies du monde ont également discuté des moyens de parvenir à un système de taxation mondial sur le numérique plus équitable et des moyens de lutter contre le changement climatique. De ce point de vue, «c'était un G20 utile» et des progrès «importants» ont été faits, s'est félicité M. Le Maire.

Sur le sujet de la taxation des grands groupes internationaux, et notamment des géants du numérique, «il y a désormais un consensus pour reconnaître la nécessité d'avancer sur une solution globale, dans le cadre de l'OCDE» (l'Organisation pour la coopération et le développement économiques), a détaillé le ministre, affichant sa satisfaction que l'Europe ait fait «front commun» face aux États-Unis.

Lire aussi: Jeff Bezos lance un fonds pour lutter contre le changement climatique

Une réunion des groupes techniques doit avoir lieu en juillet à Berlin. «Nous espérons qu'il y aura accord technique lors de cette réunion (...) de façon à parvenir à un accord global à la fin de l'année 2020 sur la question de la taxation digitale», a dit M. Le Maire.

Autre motif de satisfaction, «le climat revient pour la première fois depuis trois ans parmi les préoccupations du G20. Il y avait un blocage sur ces sujets (...) Pour la première fois, le mot changement climatique revient dans les conclusions d'un G20 de ministres des Finances avec évidemment la nécessité de développer la finance verte pour lutter contre le changement climatique», a-t-il ajouté.