«Duffy a mis Brown à genoux», croit le «Times» (centre-droit). «Un hypocrite qui fait honte» au pays, titre le «Daily Express» (droite). «Jour de catastrophe», écrit le «Daily Telegraph», proche des conservateurs. Le «Sun», également pro-Tories, estime quant à lui que la remarque acerbe a montré «le véritable Gordon Brown, à la sensibilité à fleur de peau, paranoïaque».

La gaffe est intervenue mercredi, lors d’une visite électorale à Rochdale, au nord-ouest de l’Angleterre. Qualifiant Gillian Duffy, une retraitée sympathisante travailliste, d’«espèce de fanatique», le chef du gouvernement travailliste a été piégé par un micro resté ouvert. Le commentaire a instantanément fait le tour des médias. Il a contraint Gordon Brown à se rendre au domicile de la grand-mère devenue une célébrité nationale, pour présenter en personne ses excuses.

Espoir déçu

Mais cela ne suffira pas, estiment les journaux qui consacrent tous leur Une à l’affaire. «La catastrophe politique de la campagne», tranche le «Guardian», proche du Labour, selon qui le dérapage a montré la véritable «personnalité» de Brown. «Pas étonnant si la direction du Labour tentait de maintenir le Premier ministre à bonne distance du public», raille le quotidien, soulignant que la gaffe «ne pouvait intervenir à pire moment».

Le Labour est relégué à la troisième place des sondages en vue des législatives du 6 mai, derrière les libéraux-démocrates et les conservateurs. Le Premier ministre pouvait espérer remonter un tant soit peu la pente lors du dernier débat télévisé de la campagne, jeudi soir sur la BBC, consacré à l’économie, son domaine de prédilection. Mais «la bourde a une nouvelle fois occulté les tentatives de Gordon Brown d’attirer l’attention sur l’économie», juge le «Financial Times».