Depuis qu’il a demandé aux Français de «l’élire» premier ministre aux élections législatives de juin, expression hasardeuse au vu du fonctionnement des institutions françaises, Jean-Luc Mélenchon n’en finit plus de se profiler en leader suprême de l’opposition à gauche. «Le troisième tour commence ce soir», a-t-il répété dimanche, réaffirmant sa volonté d’élargir son Union populaire (pour en faire une Nouvelle Union populaire, le mot a été lâché). Un discours répété à l’envi par ses lieutenants lundi matin, certains allant jusqu’à affirmer qu’ils voulaient «reprendre le pouvoir» à Emmanuel Macron.