Le président de la région du Latium, qui comprend Rome, Nicola Zingaretti est le nouveau chef du Parti démocrate italien (PD, centre-gauche). L'homme âgé de 53 ans a été élu dimanche avec une large avance par les sympathisants de la formation.

Cet ancien communiste, issu de la classe moyenne parfois comparé au chef des travaillistes britanniques Jeremy Corbyn, a remercié les électeurs sur les réseaux sociaux et promis: «Il est temps de tourner la page». Le PD est à la traîne dans les sondages depuis sa défaite en juin aux élections législatives, qui ont porté au pouvoir l'alliance entre le Mouvement Cinq étoiles (M5S, antisystème) et la Ligue (extrême droite).

Quelque 35 000 volontaires étaient mobilisés pour accueillir les électeurs dans quelque 7000 bureaux de vote, dont 150 à l'étranger. Pour pouvoir participer au vote, les électeurs devaient signer une déclaration de soutien au PD et verser deux euros. L'équipe électorale de Nicola Zingaretti, qui était largement favori, a précisé dimanche soir qu'elle escomptait la participation de plus de 1,5 million d'électeurs.

Méfiant vis-à-vis des réseaux sociaux

Ancien membre du Parti Communiste italien, membre fondateur du PD en 2007 et ex-eurodéputé, Nicola Zingaretti prône le fédéralisme européen, tout en critiquant les politiques d'austérité sur le continent. Son père, banquier à Rome, n'a «jamais manqué un jour de travail en 40 ans», a-t-il assuré. Sa mère et sa grand-mère juives ont échappé aux nazis en 1943 mais son arrière-grand-mère est morte à Auschwitz. Et son frère aîné Luca est célèbre en Italie pour incarner un policier sicilien dans la très populaire série «Commissaire Montalbano».

Non sans ironie, le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini, patron de la Ligue, a adressé ses voeux de succès à Nicola Zingaretti, tout en notant que la participation aux primaires du PD était en baisse. Considéré comme un intellectuel, le nouveau leader du PD se méfie des réseaux sociaux, terrain de prédilection de Matteo Salvini.

Il était opposé à Roberto Giachetti, 57 ans, le candidat le plus proche de l'ancien Premier ministre Matteo Renzi, campant sur des positions plus centristes, et à Maurizio Martina, 40 ans, ancien ministre de l'Agriculture a assumé brièvement la direction du PD quand Matteo Renzi en a quitté la tête l'an dernier après l'échec aux législatives de mars.

Lire aussi: Le Parti démocrate de Matteo Renzi en pleine crise

Une réunion du parti le 17 mars devrait permettre de clarifier la ligne politique avant les élections européennes de mai. En tout cas, les trois candidats avaient exclu toute alliance avec le M5S en cas de rupture au sein de la coalition populiste.