A Rome, la victoire est écrasante. Lundi, lors du second tour des élections municipales, les sondages aux sorties des urnes donnent à Roberto Gualtieri, l’ancien ministre de l’Economie de Giuseppe Conte, 20 points d’avance sur son rival de la coalition de droite, Enrico Michetti. Si le score gagnant de plus de 60% est confirmé plus tard par le décompte des voix, il faut à peine une heure au candidat du Parti démocrate (PD) pour prendre la parole. «Rome devra être une ville plus inclusive, plus proche des personnes et capable de valoriser son patrimoine économique», lance le politicien après avoir remercié les Romains et leur avoir promis «tout son engagement». Mais seul un peu plus de 40% des électeurs de la capitale a voté dimanche et lundi, contre près de 49% deux semaines plus tôt.