«Les gendarmes sont arrivés vers 3 h du matin (1 h GMT) à Pungesti, au nord-est de la Roumanie, ils nous ont frappés, traînés par terre», a déclaré à l’AFP une villageoise, Elena Privac, 36 ans. «Ils nous ont chassés du terrain où on campait et ont bloqué la route; même les bus scolaires ne peuvent plus passer», a-t-elle ajouté.

Les journalistes ont été empêchés de se rendre sur place. «L’accès des personnes a été temporairement restreint car il s’agit d’une zone sensible», a expliqué à l’AFP la porte-parole de la gendarmerie, Irina Dragan.

Selon elle, les gendarmes «n’ont pas utilisé la force» mais des bousculades ont eu lieu lorsque des villageois ont tenté de bloquer la route. «Deux personnes ont été blessées et transportées à l’hôpital», a précisé Irina Dragan. De plus, sept autres personnes ont été conduites au commissariat de police pour «trouble à l’ordre public».

Plusieurs dizaines de villageois se relaient depuis la mi-octobre sur un terrain privé appartenant à l’un d’entre eux pour empêcher les engins de chantier de Chevron d’accéder au site où la compagnie compte creuser le premier puits d’exploration.

Contre l’extraction des gaz de schiste

Les villageois s’opposent à l’extraction des gaz de schiste par la méthode de la fracturation hydraulique, ou «fracking», utilisée aux Etats-Unis mais interdite en France, qui consiste à injecter à très haute pression de l’eau mêlée à du sable et des produits chimiques pour libérer le gaz de la roche.

Selon les défenseurs de l’environnement, cette méthode peut provoquer des séismes et polluer les nappes phréatiques.

Chevron, qui avait suspendu ses activités sur place à la mi-octobre sous la pression des manifestations, a annoncé lundi à l’AFP avoir repris les opérations. «Nous confirmons la reprise des activités à Pungesti», a indiqué la compagnie, ajoutant qu’il s’agit «uniquement d’opérations d’exploration, menées avec des techniques conventionnelles».

«Notre priorité est de mener ces activités de manière sûre et respectueuse de l’environnement, en conformité avec les autorisations dont nous disposons», selon la même source.

Chevron a obtenu en juillet des permis d’exploration du gaz de schiste dans trois villages de cette région pauvre du nord-est de la Roumanie avec, à terme, l’ambition de l’extraire.

«Chevron est déterminée à construire des relations constructives et positives avec la communauté locale et poursuivra le dialogue sur ses projets», a souligné la compagnie.