Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’actrice américaine Angelina Jolie et le haut-commissaire aux réfugiés Filippo Grandi mercredi à Genève.
© Martial Trezzini/Keystone

ONU

A Genève, Angelina Jolie fustige le «nationalisme étroit» de Donald Trump

L’actrice américaine, envoyée spéciale du Haut-commissariat aux réfugiés, était mercredi à Genève, aussi encadrée qu’un chef d’Etat

Angelina Jolie visite plus souvent les camps de réfugiés que Genève. Aussi la venue de l’envoyée spéciale du Haut-commissariat aux réfugiés (HCR) n’est pas passée inaperçue. Une visite presque aussi verrouillée que celle d’un chef d’Etat.

Lire aussi: «Angelina Jolie ou le triomphe de la diplomatie de la célébrité»

L’actrice américaine était invitée pour honorer la mémoire de Sergio Vieira de Mello ainsi que sa fondation. L’ancien haut-commissaire aux droits de l’homme tué dans un attentat à Bagdad en 2003. Dans son discours, Angelina Jolie a fustigé le «nationalisme étroit» par opposition au patriotisme. Sans jamais nommer Donald Trump, elle a critiqué le repli des Etats-Unis. «Les nations fortes, tous comme les personnalités fortes, aident les autres à s’élever», a-t-elle dit.

Angelina Jolie a rappelé qu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale, les Etats-Unis et leurs alliés travaillaient à la création des Nations unies avant même la victoire militaire sur les nazis. «L’ONU est imparfaite, car nous sommes imparfaits, a-t-elle estimé. A chaque fois que je vais sur le terrain, les humanitaires s’en plaignent. Mais il n’y a pas d’autre chemin que la diplomatie pour faire face aux défis de ce monde.» Et de conclure: «Je suis fière d’être américaine et d’être internationaliste. Si nos leaders ne veulent plus porter ces valeurs, c’est à nous de le faire.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a