Illustrant le climat légèrement plus détendu de la rencontre vendredi entre les chefs de la diplomatie russe et américain à l’Hôtel Président Wilson de Genève, le ministre Sergueï Lavrov n’a pas manqué d’ironiser sur la foule de documents que le Département d’Etat américain lui avait préalablement soumis et qui visaient à contrer la désinformation de Moscou au sujet de l’Ukraine: «J’espère que tout le monde au Département d’Etat ne travaille pas sur la base de ce matériel et que certains s’appuient davantage sur l’essence de nos propositions.»