Le premier sommet sino-américain d’Anchorage entre le secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, et le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, fut «glacial». Le même vent polaire souffle sur la relation Chine-Etats-Unis à Genève. Faut-il s’en étonner?

Le réengagement des Etats-Unis dans le multilatéralisme s’explique par le refus de la voie unilatérale empruntée par l’équipe Trump, mais aussi par la crainte que la Chine transforme en sa faveur le système onusien. Avec l’administration de Joe Biden, la rivalité sino-américaine va demeurer voire s’intensifier. A une différence près: l’administration démocrate va agir activement au sein même des organisations internationales au lieu de les déserter.