Exclusif

Genève internationale: feu vert pour le Portail des Nations

Après des difficultés de le faire approuver au sein de l’ONU, notamment pour des questions de sécurité, le projet de centre d’accueil va faire l’objet d’une signature ce vendredi avec notamment Michael Moeller, le patron sortant de l’ONU Genève, et la Fondation Pictet pour le développement. Enveloppe prévue: 27 millions de francs

Il aura fallu surmonter de nombreux obstacles, notamment onusiens, liés en particulier à des questions de sécurité. Le projet de Portail des Nations obtient enfin le feu vert. Directeur général de l’Office des Nations unies à Genève, Michael Moeller a signé lundi pour que le projet puisse enfin s’installer sur le terrain des Nations unies.

Il le confie au Temps: «Je peux vous l’annoncer. Je viens d’obtenir le feu vert. Nous signons un mémorandum d’entente ce vendredi. Ce n’est d’ailleurs pas qu’un portail. Ce sera un lieu où les écoliers seront éduqués, une fenêtre sur la Genève internationale, en coopération avec le musée virtuel UN Live au Danemark. Par ce biais, Genève sera encore plus connue à travers le monde.»

Un projet qui remonte à 2008

L’idée d’un Portail des Nations a été lancée par Ivan Pictet en 2008. A la tête de la Fondation pour Genève pendant plus de vingt ans, ce philanthrope genevois a constaté à plusieurs reprises «le manque d’une infrastructure attractive dédiée à la sensibilisation d’un large public aux idéaux et bienfaits du système multilatéral incarné par l’ONU et les autres organisations internationales sises à Genève et sa région». C’est dans cette logique qu’il fonde, en 2008, avec l’ex-présidente de la Confédération Ruth Dreifuss et l’ancien secrétaire d’Etat à la Recherche et à l’Education Francis Waldvogel la Fondation privée Pictet pour le développement.

La réalisation n’est pas encore pour demain. Le processus de demandes d’autorisation devra être mis en route. La Fondation Pictet pour le développement est pour beaucoup dans l’avènement de ce qui sera un centre d’accueil d’un nouveau type qui visera à informer et à former. De l’avis de ceux qui vivent la Genève internationale, une telle structure manquait cruellement. La Fondation Pictet pour le développement fait un don de 13,5 millions de francs. Parmi les autres bailleurs de fonds, une fondation privée genevoise et la Loterie Romande (1 million). Le tout est devisé à 27,5 millions de francs, dont 16,2 millions pour la construction du bâtiment, 5,8 millions pour la réalisation des infrastructures d’accès, de sécurité, d’information, d’exposition et de formation.

Lire également: Genève internationale: le chantier du siècle va commencer

Ivan Pictet justifie le projet: «Je suis convaincu qu’il s’agit d’anticiper les besoins d’information grandissants d’un large public qui souhaite mieux comprendre les enjeux et les défis du monde et se familiariser avec les réponses apportées par le multilatéralisme incarné par les Nations unies et les autres organisations internationales.»

Publicité