Le Conseil des droits de l’homme (CDH) de l’ONU a entamé sa 45e session par un débat urgent pour le moins houleux sur la Biélorussie. Au vu des graves violations des droits humains perpétrées par le régime du président Alexandre Loukachenko au lendemain de sa réélection le 9 août dernier, l’Union européenne (UE), par la voix de l’Allemagne, a exigé un débat immédiat pour que les crimes présumés commis contre le peuple biélorusse ne restent pas impunis.

Résolution adoptée

L’UE a déposé une résolution qui exhorte Minsk à permettre une enquête indépendante sur les dérives post-élection des forces de l’ordre, notamment les traitements dégradants et cruels ainsi que la torture. La résolution de l’UE appelle le gouvernement à coopérer pleinement avec la rapporteure spéciale de l’ONU sur les droits de l’homme en Biélorussie, Anaïs Marin. Le texte a été adopté par 23 voix pour, 2 contre et 17 abstentions non sans avoir été l’objet de 17 amendements, notamment de la Russie, qui ont tous été refusés.