Le Secrétariat d’Etat aux migrations (SEM) voulait priver Nicholas P. de sa nationalité suisse mais ce dernier a pris de vitesse les autorités suisses. Emprisonné au Maroc où il purge une peine de 5 ans de prison pour avoir entretenu des liens avec des membres de l’Etat islamique (EI), Nicholas P. apprend en juillet 2021 que le SEM a ouvert une procédure de déchéance de nationalité contre lui. Une démarche exceptionnelle qui n’est lancée que si le citoyen visé bénéficie d’une double nationalité. C’était le cas de Nicholas P. qui est né à Genève d’un père suisse et d’une mère britannique. Commence alors une course contre la montre: pour conserver son passeport à croix blanche, Nicholas P. doit apporter la preuve qu’il n’a plus la citoyenneté britannique avant que la décision suisse n’entre en force. Il y est parvenu, ce qui crée un précédent et pose un certain nombre de questions autant sur l’avenir en Suisse de Nicholas P. que sur la procédure de retrait de nationalité elle-même.