Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le centre de données d’Advania Thor, à Hafnarfjördur, dans l’ouest de l’Islande.
© Sigtryggur Ari / Reuters

Internet

La géopolitique de la bataille des données

Alors que s’ouvre ce lundi à Genève le 12e Internet Governance Forum, la guerre autour du contrôle du data fait rage. Si la Chine et la Russie estiment que la régulation du web relève de la responsabilité des gouvernements, les membres de l’OCDE et la Silicon Valley estiment que les sociétés technologiques et la société civile doivent faire partie du processus d’encadrement du cyberespace

«Façonner le futur numérique.» A l’heure où s’ouvre ce lundi la 12e édition de l’Internet Governance Forum au Palais des Nations à Genève, le cyberespace est le théâtre d’une féroce bataille géopolitique: celle des données. «Le data, c’est le pétrole de la nouvelle économie», relève Jovan Kurbalija. Pour le directeur de la DiploFoundation et responsable de la Geneva Internet Platform, «le statut qu’on attribuera aux données déterminera le futur de nos sociétés.»

Les deux côtés de l’échiquier

A une extrémité de l’échiquier, il y a les GAFA, les grandes sociétés d’Internet que sont Google, Amazon ou Facebook. Pour elles, «c’est un peu la conquête du Far West, une captation sans fin des données», déplore Solange Ghernaouti, professeure à l’Université de Lausanne et directrice du Swiss Cybersecurity Advisory and Research Group. Si ces géants de la Silicon Valley sont désormais dans le collimateur du politique pour avoir poussé leurs prérogatives trop loin, nombre de pays de l’OCDE estiment que le processus visant à encadrer Internet ne pourra se faire sans elles. C’est sans doute la raison pour laquelle le président de Microsoft, Brad Smith, a pris les devants en appelant à la création d’une Convention de Genève numérique dans laquelle son entreprise aurait son mot à dire.

De l’autre côté de l’échiquier, il y a les pays dont les gouvernements considèrent qu’il est de leur seule responsabilité de cadrer Internet, notamment à travers un traité international classique. C’est le cas du Groupe des 77, une coalition de pays en développement ainsi que de la Chine et de la Russie. La Chine, dont la société civile est faible, insiste sur sa souveraineté quand il est question du cyberespace.

«Un véritable séisme»

Dans cette bataille géopolitique, l’Union européenne pourrait être le grand trublion. Bruxelles vient d’édicter un règlement général sur la protection des données (RGPD), qui entrera en vigueur le 25 mai 2018. «Un véritable séisme, explique le directeur de la DiploFoundation. Les sociétés internet devront demander l’accord des citoyens pour utiliser les données les concernant. Les implications sont considérables. Car en cas de non-respect, les amendes seront très salées: 4% du chiffre d’affaires.» Le RGPD n’est pas pris à la légère par les géants de la Silicon Valley, qui sont déjà en train de louer d’énormes espaces de bureaux dans la capitale européenne.

Une guerre de titans

Dans cette guerre de titans, deux acteurs vont se profiler au cours des cinq prochaines années: Bruxelles, au vu de sa puissance politique et économique, et Genève, pour son soft power. Selon Jovan Kurbalija, la ville du bout du Léman n’est pas une économie de niche comme la Silicon Valley. C’est un écosystème qui permet de traiter des datas sous tous leurs aspects, que ce soit à l’OMC pour les questions économiques, au CICR pour la protection de données ultrasensibles – qui peut être une question de vie ou de mort dans certains conflits –, au Conseil des droits de l’homme pour la protection de la sphère privée ou à l’Union internationale des télécommunications pour les infrastructures techniques. «De telles organisations internationales devront toutefois aussi se conformer à la RGPD», précise le directeur de la DiploFoundation. Conseiller d’Etat genevois, Pierre Maudet abonde dans le même sens. Genève a un rôle à jouer grâce aux soft laws, aux normes qui permettront d’instaurer une confiance numérique.

La position de la Suisse

Entre les deux extrêmes, des pays comme l’Inde, la Suisse et le Brésil essaient de trouver un espace pour un accord éventuel. Avec sa stratégie «Suisse numérique», la Confédération s’adapte. Vice-directeur de l’Office fédéral de la communication, Thomas Schneider le relève: «Nous cherchons à trouver une nouvelle politique de données qui permette au secteur privé de développer des applications et des services innovants et respecte en même temps le droit individuel de maintenir un contrôle sur ses propres données. Nous voulons rester compétitifs sans lâcher du lest sur les droits fondamentaux propres à une démocratie.» Il nuance toutefois: «Il ne suffit pas de collecter des données, il faut aussi savoir qu’en faire.»

Une chance de progrès social

La professeure Solange Ghernaouti le reconnaît: la Chine a compris la nécessité de garder sa souveraineté sur ses données. Les sinologues les plus critiques craignent toutefois que l’accumulation considérable de données sur les citoyens ne renforce le pouvoir autoritaire de Pékin. Pour Solange Ghernaouti, le débat actuel sur les données devrait être une chance de transformer le progrès économique en progrès social, mais elle met en garde: «Le politique ne doit pas être à la solde de l’économie.» 

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a