Le résultat n’était pas garanti, certains députés du parti socialiste (Pasok) de M. Papandréou ayant menacé de voter contre alors que la majorité du parti n’a cessé de se réduire au cours des semaines passées.

Dans son discours face au parlement prononcé peu avant le vote, George Papandréou a appelé à la formation d’un gouvernement de coalition et laissé entendre qu’il était prêt à quitter ses fonctions.

Ce vote était crucial pour la ratification de l’accord européen de désendettement de la Grèce et l’avenir du pays. Il avait été demandé lundi par Georges Papandréou après qu’il eut annoncé un projet de référendum sur le plan européen de sauvetage du pays, projet abandonné trois jours plus tard après avoir semé la panique sur les marchés financiers.