La jeune Irano-Britannique Ghoncheh Ghavami, condamnée à un an de prison pour avoir voulu assister à un match de volleyball masculin à Téhéran, a commencé une nouvelle grève de la faim, a annoncé lundi soir la BBC.

Ghoncheh Ghavami, 25 ans, diplômée en droit à Londres, proteste contre «ce qu’elle appelle sa détention illégale», a déclaré sa mère à la BBC.

La jeune femme a été condamnée à un an de prison pour avoir tenté d’assister à un match de volleyball entre l’Iran et l’Italie à Téhéran en juin, a déclaré son avocat à des médias iraniens.

Les femmes n’ont pas le droit d’assister aux matches de volleyball et de football en Iran, sous le prétexte officiel de les protéger des comportements obscènes des supporteurs. Le procureur n’a pas confirmé sa sentence, d’après la BBC.

La jeune femme avait déjà observé une grève de la faim de deux semaines en octobre pour protester contre sa détention et l’absence de procès, selon la page Facebook (Free Ghoncheh Ghavami), où sa famille et ses amis ont lancé une campagne pour obtenir sa libération.

Aucune raison n’a justifié sa condamnation, mais Ghoncheh Ghavami a été accusée de propagande contre le régime, une accusation très large souvent utilisée par la justice iranienne.

La jeune femme avait été interpellée le 20 juin alors qu’elle participait à un rassemblement de femmes voulant assister à Téhéran à une rencontre de la Ligue mondiale de volley entre l’Italie et l’Iran, qui fait partie de l’élite de ce sport.

Relâchée au bout de quelques heures, elle avait de nouveau été arrêtée quelques jours plus tard lorsqu’elle était retournée au commissariat pour récupérer ses affaires.

Lire: Un an de prison pour avoir voulu encourager l’équipe iranienne de volleyeurs