Rumeurs

«Gilets jaunes»: «La réponse aux théories du complot est parfois inaudible»

Le mouvement social des «gilets jaunes» et la menace terroriste provoquent une poussée de fièvre conspirationniste. Des théories qui se propagent sur les réseaux sociaux. Mathias Girel, professeur de philosophie et spécialiste du sujet, décrypte le phénomène

Les rumeurs se propagent à toute vitesse sur les réseaux sociaux, au point d’instiller le doute chez les internautes. Des groupes Facebook de «gilets jaunes» ont été pointés du doigt après la diffusion de théories du complot au sujet de l’attentat à Strasbourg. Ce phénomène prend-il de l’ampleur? Mathias Girel, maître de conférences en philosophie à l’Ecole normale supérieure, relativise le poids des arguments complotistes sur les réseaux sociaux.

Lire également: Emmanuel Macron, une popularité naufragée

Le Temps: Les réseaux sociaux sont-ils des nids à conspirationnistes?

Mathias Girel: Ces médias, que ce soit Facebook ou Twitter, sont des accélérateurs de communication virale. Ils permettent de propager rapidement toutes les hypothèses, notamment complotistes, en particulier lorsqu’elles se greffent sur un mouvement social avec des échanges déjà denses entre les participants. L’an dernier, des études scientifiques ont montré que les fausses nouvelles ont tendance à circuler plus vite et plus largement sur Twitter que les informations vérifiées. Il est toutefois nécessaire de tempérer cette conclusion. D’autres recherches plus récentes tendent à relativiser la quantité d’informations fausses par rapport au volume total des échanges. Il est donc très difficile de savoir s’il s’agit d’un phénomène d’ampleur qui caractérise l’ensemble de notre société ou simplement des phénomènes locaux auxquels on accorde une grande attention. Je ne suis pas persuadé que le faux domine sur internet.

Avec le web, le complotisme s’appuie sur des contenus multimédias, comme des photographies ou des vidéos. Est-ce que ces formats aggravent le phénomène?

Il s’agit des composantes de ce qu’on appelle les fake news ou infox. Quand il ne s’agit pas seulement d’une question de manipulation ou de propagande, cela passe par la propagation de contenus parodiques repris au premier degré ou de contenus sortis de leur contexte. On a eu un exemple marquant pendant la manifestation parisienne des «gilets jaunes», avec une photographie d’un incendie juxtaposée à celle d’une simple trottinette enflammée près de l’Arc de triomphe. Deux réalités différentes ou une seule? Tout dépend de la légende que l’on donne à ces images, ce qui est normalement une tâche de base du journalisme. Mais il est vrai que dans le cadre d’une communication virale et instantanée, la remise en contexte des informations est plus difficile. Le contexte est ainsi dissocié de l’image elle-même et cela peut contribuer à un emballement des rumeurs.

«La connerie est courante. Le complot demande un esprit rare», disait le politicien français Michel Rocard. La tentation conspirationniste est-elle le fruit d’une culture de l’ignorance?

L’exacerbation du doute est présente dans plusieurs domaines de la société, peut-être. Les réseaux sociaux peuvent contribuer à la contagion, mais on peut se demander si cette défiance est aussi généralisée qu’on le pense. Les «gilets jaunes», que vous devez observer avec curiosité depuis la Suisse, vont douter de certains éléments de la communication gouvernementale, de certains chiffres ou mesures annoncées, mais ce doute n’est pas universel. Il ne s’applique pas à tous les sujets de la vie quotidienne ou à l’ensemble des relations sociales et économiques. Il est délicat de parler d’une attitude complotiste générale.

Au moment de l’attaque à Strasbourg, plusieurs membres des «gilets jaunes» ont affirmé que l’Etat français avait joué un rôle dans ce drame pour affaiblir leur mouvement. Quel regard portez-vous sur cet épisode?

Les réactions face à l’attentat correspondaient à ce que les spécialistes appellent des arguments de fausse bannière, c’est-à-dire qu’on impute une attaque ou un fait divers à d’autres sources que celles établies par les autorités. Ce phénomène est devenu omniprésent lors des attentats. Il a déjà été observé lors de l’attentat de Charlie Hebdo ou, dans une moindre mesure, au moment de la tuerie du Bataclan. S’attarder sur les propos conspirationnistes de certains des «gilets jaunes» revient à prendre le problème par le petit bout de la lorgnette. Le cadre démocratique a son importance.

La vigueur du complotisme dit-elle justement quelque chose de l’état des démocraties?

Ce phénomène se produit dans un contexte où le fonctionnement politique et la transparence des institutions ne sont pas toujours évidents. Cette complexité rend plus difficile la sortie d’une lecture complotiste des événements, et la réponse aux rumeurs est parfois plus longue à imposer ou tout simplement inaudible. Dans une société ouverte, marquée par une vraie pluralité des titres de presse et une indépendance des différentes branches de l’Etat, les hypothèses de complot sont exceptionnelles, dans la mesure où il est possible de détecter rapidement les intentions de groupes malveillants. Lorsqu’on s’éloigne de ces conditions de transparence, la société se retrouve dans une zone grise, avec un emballement du phénomène complotiste. Il n’y a pas forcément plus de complots, mais il est plus difficile d’écarter des lectures complotistes.

De nombreux médias font un travail de vérification des faits pour contrecarrer les rumeurs en ligne. Sont-ils impuissants face à la montée du doute?

C’est effectivement une bonne pratique qui s’est répandue sur le web, je pense notamment aux rectifications de l’Agence France-Presse sur Twitter. Il est toujours salutaire de disposer de réfutations d’éléments faux. Il faut cependant être certain que ce travail atteint les personnes qui ont été la cible de la désinformation, ce qui n’est pas garanti. Par ailleurs, il ne faut pas que la vérification renforce la visibilité de la rumeur partagée au préalable. Le risque existe; ce format ne peut intervenir qu’en correctif.

Dans ce contexte, il est souvent question de la place des trolls russes, avec des soupçons d’ingérence. Quelle est leur importance?

L’existence des trolls est établie, cela ne fait pas de doute. Leur but n’est pas tant de créer des rumeurs de toutes pièces que d’amplifier des divisions. Pour y parvenir, ils reprennent des informations dérangeantes, comme les blessés dans une manifestation ou les contradictions dans un discours gouvernemental. Cela correspond à une forme de propagande, avec un objectif politique ou géostratégique important. Le chercheur américain Douglas Selvage a par exemple étudié l’histoire des théories du complot au sujet du sida dans les années 1980. A l’époque, la Stasi a considérablement amplifié les rumeurs sur la création du virus dans un laboratoire américain. Avec un objectif évident dans un contexte de guerre froide. Les interprétations complotistes des événements sont aussi vieilles que l’histoire diplomatique.

Publicité