International

Giuliano da Empoli: «Les nationalistes impriment leur grammaire politique»

Au parlement européen, le groupe «Identités et démocratie» réunira finalement 73 eurodéputés nationalistes, autour de Marine Le Pen et de Matteo Salvini. Un échec? Une victoire? Le politologue italo-suisse Giuliano de Empoli décrypte la force populiste à l'oeuvre au sein de l'UE

Le titre de l'essai de Giuliano da Empoli dit le danger. Dans «les ingénieurs du chaos» (Ed Lattès), cet ancien collaborateur du président du conseil italien Matteo Renzi, aujourd'hui à la tête du «think-tank» Volta, dissèque les effets pervers de la poussée nationale-populiste au sein de l'Union européenne. Qu'en est-il aujourd'hui, après les scores moins élevés que prévu de cette mouvance - le groupe conduit par le Rassemblement national et la Lega comptera 73 députés, loin de la centaine annoncée par Marine Le Pen et Matteo Salvini? A-t-on exagéré leur influence au sein d'une Union européenne où la force centriste-libérale autour d'Emmanuel Macron s'est renforcée, malgré des débuts compliqués pour le nouveau groupe «New Europe» (108 eurodéputés)? Explications.

Lire aussi: L’Autriche et les démons de l’extrême droite européenne