Une nouvelle phase s’ouvre pour Giuseppe Conte. Son gouvernement n’a désormais plus d’excuse: son action ne sera plus entravée par l’enfant terrible de la majorité. Matteo Renzi, après avoir provoqué une crise politique en retirant ses deux ministres le 13 janvier dernier, s’est assis sur le banc des spectateurs, évitant encore ceux de l’opposition, pour jouir du spectacle. Son successeur démentira-t-il son accusation de manque de vision? L’exécutif doit maintenant «démontrer qu’il sait faire son travail», prévient La Repubblica.

Lire aussi: En Italie, un gouvernement instable pour affronter la nouvelle vague de la pandémie