C’est l’une des régions les plus sensibles du monde. Près du Détroit d’Ormuz, dans le golfe Persique, quatre navires – dont deux pétroliers saoudiens – ont été mystérieusement «sabotés» tandis qu’ils se trouvaient au large des Emirats arabes unis. Alors que la tension n’avait cessé de croître ces derniers jours entre les Etats-Unis et l’Iran, certains responsables, comme le chef de la diplomatie britannique, Jeremy Hunt, mettaient en avant le risque d’un conflit. Basé à Bahreïn, le chercheur à l’Institut international d’études stratégiques de Londres (IISS), Clément Therme est aux premières loges.