Depuis quelques jours, les réseaux sociaux hébergent des triples parenthèses. Une réaction défensive face à une extension de Google Chrome Store jugée antisémite.

«The Coincidence Detector» a pour mission d’ajouter trois paires de parenthèses aux noms juifs. Quand un utilisateur charge l’application, tous les noms susceptibles d’être d’origine juive sont mis en évidence sur Internet. Les quelque 2500 utilisateurs enrichissaient la base de données de 8800 noms d’origine juive.

La description de l’application annonce la couleur: «Aider à détecter les coïncidences des personnes qui sont impliquées dans les sphères politico-médiatiques.» Une référence assumée aux théories conspirationnistes qui sous-entendent que les Juifs contrôleraient le monde médiatique.

Alerté par le site d’information américain Mic, Google entend bannir «toute promotion de haine ou d’incitation à la violence». L’application créée par un groupe néonazi a donc été éliminée du Google Chrome store. Mais le mal s’était déjà propagé sur la toile.

Un symbole d’extrême droite

L’application part du symbole (((echo))), utilisé par un groupe d’extrême droite américain, The Alt-right. Sur fond d’antisémitisme, ce mouvement suprémaciste de la «race blanche» soutient le candidat républicain Donald Trump. Cette formation existe principalement sous la forme de blogs, de podcasts et de comptes anonymes sur les réseaux sociaux. C’est le cas du site TheRightStuff.biz qui héberge le blog The Daily Shoah.

Dans le lexique de Right Stuff, le mot «echo» apparaît comme un leitmotiv. Le groupe antisémite donne sa propre définition: «Tous les noms de famille juifs font écho à travers l’histoire.» En d’autres termes, les dommages supposés causés par le peuple juif se répéteraient à travers le temps.

Des parenthèses par solidarité

Depuis quelques jours, la résistance s’organise sur Twitter. Jeffrey Goldsberg, correspondant pour The Atlantic, a décidé de contre-attaquer. Il a lui-même mis son nom entre parenthèses. Yair Rosenberg, rédacteur pour le magazine juif Tablet s’est aussi joué des trolls. Il a choisi l’humour en offrant un ticket gratuit à ses 12 000 followers pour «une réunion secrète où les Juifs choisissent le candidat républicain aux présidentielles américaines».

Jonathan Weisman, éditeur au New York Times a également suivi le mouvement. Le journaliste avait déjà été victime le mois dernier de harcèlement sur internet. Après le partage d’un article du Washington Post critique sur Donald Trump, Jonathan Weisman avait reçu des insultes. Mais cette fois les attaques ont été plus sérieuses: menaces de mort et images de camp de concentration. Une photo des portes d’Auschwitz où le slogan «Arbeit macht frei» a été remplacé par «Machen Amerika Great». Une traduction douteuse du slogan de Donald Trump «Make America great again».

Parmi les noms juifs mis en évidence par «The Coincidence Detector»: Bernie Sanders et Benjamin Netanyahu. Uniquement des noms donc, avec une exception pour « Israël », modifié en « (((Notre Meilleur Allié))) ».