L'administration du démocrate Joe Biden a porté plainte, lundi, contre l'Etat républicain du Texas, accusé d'avoir redessiné ses circonscriptions électorales dans le but de diluer le vote des minorités noires et hispaniques.

«Le ministère de la Justice poursuit le Texas pour violation de la loi fédérale sur le droit de vote», adoptée en 1965 après la grande mobilisation pour les droits civiques, a déclaré le ministre Merrick Garland lors d'une conférence de presse.

Entre 2010 et 2020, la population texane a augmenté de quatre millions de personnes, dont 95% appartiennent à des minorités. En vertu de cette croissance démographique, le Texas a gagné deux nouveaux sièges au Congrès, a détaillé la numéro 3 du ministère de la Justice Vanita Gupta. Mais ses autorités ont redessiné en 2021 les circonscriptions de manière telle que «ces deux nouveaux sièges seront élus par une majorité d'électeurs blancs», a-t-elle jugé.

A lire: «Une personne, un vote», un principe malmené dans l'élection américaine

Un découpage contraire à la Constitution

Aux Etats-Unis, les découpages électoraux sont redéfinis dans chaque Etat après chaque recensement. Le parti au pouvoir en profite souvent pour regrouper les électeurs du camp opposé dans certaines circonscriptions, afin de faire baisser leur influence ailleurs.

La Cour suprême des Etats-Unis a toutefois jugé que découper les circonscriptions sur des critères ethniques était contraire à la Constitution.

Le ministère de la Justice a donc demandé lundi aux tribunaux d'interdire au Texas de mener des élections avec son nouveau découpage et de lui imposer d'en dessiner une autre.

Multiplication des réformes électorales dans les Etats républicains

Le mois dernier, le ministère avait déjà porté plainte contre une loi électorale du Texas, accusée de restreindre l'aide fournie aux électeurs handicapés ou analphabètes.

Lire également: Le parlement du Texas adopte une loi controversée sur l'accès au vote

En juin, il avait aussi lancé des poursuites contre les autorités de Géorgie, accusées de vouloir restreindre l'accès au vote des Afro-Américains.

Depuis le début de l'année, les Etats dirigés par les républicains ont multiplié les réformes électorales sous prétexte de lutter contre la fraude. Mais les démocrates dénoncent des attaques sur le droit de vote des minorités qui se prononcent majoritairement pour eux.