France

Gouvernement Macron: Collomb à l'Intérieur, Hulot à la Transition écologique et Le Maire à l'Economie

Le président français a présenté son premier gouvernement ce mercredi. Une équipe resserrée qu'il veut «irréprochable», «de droite et de gauche» et en phase avec le renouvellement politique promis

Il s'était donné un délai supplémentaire. Le nouveau président français Emmanuel Macron a finalement dévoilé mercredi son premier gouvernement. Une équipe resserrée qu'il veut «irréprochable», «de droite et de gauche», en phase avec le renouvellement politique promis avant les élections législatives cruciales de juin. 

Lire aussi:  Le style Macron, pour réformer la France

Le premier gouvernement du quinquennat compte 18 ministres et 4 secrétaires d'Etat. Il panache des responsables de droite, de gauche, du centre et de la société civile, pivot de la doctrine politique du jeune centriste, qui a désigné lundi un premier ministre issu du parti de droite Les Républicains, Edouard Philippe, 46 ans, quasi inconnu du grand public.

A gauche, Gérard Collomb hérite de l'Intérieur. Membre de l’aile droite du PS, sénateur-maire de Lyon, soutien de la première heure d’Emmanuel Macron, en larmes pendant la passation des pouvoirs dimanche à l'Elysée, il intègre pour la première fois, à 70 ans, un gouvernement.

Lire aussi:  Lyon, laboratoire urbain du «macronisme»

Le plus jeune président français a par ailleurs promis une ouverture à la société civile. La promesse est tenue. Il a convaincu Nicolas Hulot, figure respectée de l'écologie, d'accepter un ministère de la Transition écologique et solidaire. 

Figure de la cause environnementale, il intègre pour la première fois un gouvernement à 62 ans, après avoir été sollicité par François Hollande en 2016, après Jacques Chirac. Il a été pendant trois ans «l'envoyé spécial pour la planète» de François Hollande dans la perspective de la Conférence de Paris sur le climat de 2015.

Lire aussi:  Nicolas Hulot, dans les soutes du «Titanic»

Muriel Penicaud, qui était jusqu'à présent directrice de l'agence Business France, a été nommée ministre du Travail. Elle hérite d'une mission périlleuse: lutter contre le chômage. Agnès Buzyn, une médecin de 54 ans, devient ministre des Solidarités et de la Santé.

François Bayrou, chef du parti centriste MoDem, précieux appui pour l'élection d'Emmanuel Macron, était également sur les rangs. Il devient ministre de la Justice.

Le ministre socialiste sortant de la Défense Jean-Yves Le Drian hérite également d'un poste stratégique. Il sera le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères. Une ministre aux Affaires européennes, la centriste Marielle de Sarnez, a également été nommée dans ce gouvernement.

Lire également:  Jean-Yves Le Drian, ministre-corsaire face à l'Etat islamique

Emmanuel Macron a également convaincu des figures emblématiques de la droite. Bruno Le Maire est nommé ministre de l'Economie. Il est le seul à droite à avoir annoncé la couleur au soir de la victoire de Macron en se disant prêt à «travailler dans une majorité de gouvernement». Le sarkozyste Gérald Darmanin devient quant à lui ministre de l’action et des comptes publics.

Et la parité? Emmanuel Macron a mené campagne avec un premier cercle très masculin. Il respecte finalement sa promesse. Neuf femmes obtiennent un ministère. Il a nommé l'eurodéputée centriste Sylvie Goulard à la tête du ministère des Armées. Françoise Nyssen, qui dirigeait la maison d'édition Actes Sud, devient quant à elle ministre de la Culture. L'ancienne championne olympique, Laura Flessel, est nommée à la tête du ministère des Sports.

Lire également: La patronne d'Actes Sud, Françoise Nyssen, prend les rênes du ministère de la Culture français

Le gouvernement dirigé par Edouard Philippe compte également quatre secrétaires d'Etat rattachés à Matignon: Christophe Castaner hérite des Relations avec le Parlement et devient porte-parole du gouvernement, Marlène Schiappa de l'égalité homme-femme, Sophie Cluzel des handicapés et Mounir Mahjoubi du Numérique.

Publicité