Signe d'un affaiblissement du gouverneur, les parlementaires de l'Etat sont tombés d'accord mardi pour lui retirer les pouvoirs spéciaux qu'ils lui avaient accordés il y a un an, en début de pandémie, lui permettant d'imposer mesures de quarantaine et confinement. «Ces pouvoirs spéciaux ont été accordés lorsque New York était dévasté par un virus dont on ignorait tout, il est temps de retourner à un fonctionnement normal», a commenté le chef des démocrates de la Chambre basse, Carl Heastie, sans évoquer les accusations de harcèlement.

Andrew Cuomo régnait jusqu’ici en empereur de New York. Le voilà rattrapé par des accusations de harcèlement sexuel par deux anciennes employées ainsi qu'une troisième femme, alors qu’il est déjà au cœur d’une polémique pour avoir caché le nombre exact de morts du covid dans des homes pour personnes âgées. Le gouverneur démocrate était il y a quelques semaines encore régulièrement donné en exemple pour sa bonne gestion de la pandémie. Depuis, son étoile a considérablement pâli. Affaibli, Andrew Cuomo tente tant bien que mal d’expliquer son comportement. Pendant ce temps, les appels à la démission se succèdent.

Lire aussi: Andrew Cuomo, un gouverneur au coeur de la pandémie