Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, a annoncé sa démission, près de deux semaines après la révélation d'une conversation controversée sur les femmes et les homosexuels, qui a entraîné des manifestations d'ampleur dans ce territoire américain des Caraïbes.

Lire aussi: A Porto Rico, un gouverneur aux abois

«Je vous annonce que je démissionnerai du poste de gouverneur avec effet au vendredi 2 août à 17h00» (23H00 GMT), a déclaré Ricardo Rossello, 40 ans, dans une vidéo diffusée mercredi soir par le gouvernement sur Facebook. Dès la fin de la diffusion de la vidéo, des centaines de manifestants présents dans les rues de San Juan devant la résidence du gouverneur ont exulté de joie et scandé «Olé, olé, olé».

Des conversations douteuses 

Les protestations ont commencé dans l'île caribéenne le 13 juillet, quand le Centre de journalisme d'investigation de Porto Rico a révélé le contenu de 889 pages de conversations entre le gouverneur et onze hauts responsables locaux, anciens ou actuels, sur la messagerie cryptée Telegram.

Ces hommes y échangent blagues misogynes et commentaires homophobes, visant notamment le chanteur vedette Ricky Martin. Ils y tiennent aussi des propos controversés sur les journalistes et les fonctionnaires. Dans un des messages controversés, un collaborateur de Ricardo Rossello plaisante sur les victimes de l'ouragan Maria en 2017, qui avait fait près de 3000 morts.

«J'espère que Porto Rico continuera à être uni et à avancer comme il l'a toujours fait», déclare Ricardo Rossello dans son message sur Facebook. «Et j'espère que cette décision sera un appel à la réconciliation citoyenne», ajoute le gouverneur, dont l'administration est également accusée de corruption et de détournement de fonds.

Retrouvez notre dossier:  Porto Rico, l'île (dés)enchantée

Ancienne colonie espagnole devenue territoire américain avec un statut spécial d'«Etat libre associé», Porto Rico, qui peine à se relever de l'ouragan Maria, est secoué par un scandale de corruption. Six responsables locaux sont accusés d'avoir détourné quinze millions de dollars de fonds fédéraux destinés à la reconstruction après l'ouragan.

L'île a déclaré en mai 2017 le plus gros processus de faillite jamais lancé par une entité locale aux Etats-Unis. Quelque 44% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ricardo Rossello, qui avait pourtant affirmé mardi qu'il ne comptait pas quitter son poste, a déclaré que la secrétaire à la Justice, Wanda Vazquez, lui succéderait temporairement.

Démission ou destitution 

Plusieurs célébrités, dont Ricky Martin, le rappeur Bad Bunny ou le duo de «Despacito», Daddy Yankee et Luis Fonsi, participaient au mouvement de contestation ou le soutenaient. De nombreux Portoricains avaient attendu cette nouvelle avec impatience tout au long de la journée, tandis que circulaient avec insistance des rumeurs sur une démission imminente du gouverneur. Le président de la chambre des Représentants, Johnny Mendez, avait prévenu dans l'après-midi lors d'une conférence de presse que si le gouverneur ne démissionnait pas, une procédure de destitution serait menée à son encontre.

Lire également: Manifestation massive à Porto Rico pour réclamer le départ du gouverneur

Il a indiqué qu'un comité de juristes mis en place par ses soins avait conclu qu'il y avait matière à des poursuites contre le gouverneur. Leur rapport, dévoilé par Telemundo, a identifié cinq délits possibles dans la conversation sur Telegram, notamment malversation de fonds publics.

Le ministère de la Justice avait indiqué mardi que des mandats de perquisition avaient été émis contre le gouverneur et les onze autres personnes impliquées.