états-Unis

Le grand déballage de Michael Cohen

L’ancien avocat de Donald Trump, condamné à 3 ans de prison, notamment pour avoir menti au Congrès, accuse son ancien patron d’actes délictueux. Il le qualifie de «tricheur», de «truand» et de «raciste». Le président l’attaque en le traitant de menteur pathologique

L'actrice de films pornographiques Stormy Daniels a remercié mercredi soir Michael Cohen d'avoir eu le courage de dénoncer son ancien patron malgré la «peur» des représailles. «Je comprends votre peur, Michael. J'ai aussi une famille», a dit l'actrice, de son vrai nom Stephanie Clifford, qui assure avoir eu une liaison avec Donald Trump entre 2006 et 2007.

«Vous me croyez maintenant, alors que vous et le président m'avez traitée de menteuse, quand vous étiez son avocat et que vous m'avez insultée, menacée de faillite et pire encore, que vous avez mis ma vie et celle de ma famille en danger?», demande-t-elle. «Je me souviens de la peur que vous ressentez, je la ressens encore.» (AFP)

Quand Michael Cohen, l’ancien avocat de Donald Trump, s’exprime devant le Congrès, ses paroles sont de petites bombes. L’homme n’a plus rien à perdre, alors il balance. Du pitbull prêt à tout, même à couvrir les «sales coups» de son patron en mentant, il s’est converti en caniche pétri de regrets, terrassé par la honte, mais surtout assoiffé de vengeance. Pour lui, Donald Trump, «devenu la pire version de lui-même», n’est ni plus ni moins qu’un «escroc», un «raciste» et un «tricheur», qui se fait passer pour plus riche qu’il ne l’est et agit pour des motifs égoïstes.

Lire aussi: La galaxie russe de Donald Trump