Depuis jeudi, la Grèce traverse une période caniculaire qui devrait atteindre un pic lundi et mardi, selon les prévisions météorologiques. Elle avait été touchée par une vague de chaleur similaire en juillet 1987, qui avait surtout touché Athènes et fait plus d’un millier de morts, en raison du manque de climatisation et de la pollution atmosphérique.

«Nous faisons face à la pire canicule depuis 1987» ce qui provoque «une charge du réseau de l’électricité», a déclaré le premier ministre à l’issue d’une réunion avec des responsables de l’opérateur grec de distribution électrique, Admie. Kyriakos Mitsotakis a assuré que les autorités «faisaient tout ce qu’il était possible pour faire face à la situation». Il a exhorté les utilisateurs à «limiter leur consommation surtout au début d’après-midi et pendant la nuit».

Lire aussi: Comment Athènes fait face aux canicules de plus en plus fréquentes

Les services météorologiques ont prévu pour lundi et mardi des températures de 40 à 42 degrés Celsius sur les îles et de 41 à 43 degrés sur le continent, avec des maximales de 44 à 45 degrés dans le Péloponnèse et en Thessalie, dans le nord du pays. A Athènes, le mercure va dépasser les 40 degrés, avec des maximales de 43 degrés et des minimales de 31 degrés, selon les services météorologiques grecs.

Des incendies toujours en cours sur plusieurs îles

Plusieurs incendies se sont déclarés en Grèce le week-end dernier, sans faire de victime, surtout sur l’île de Rhodes et le nord-ouest du Péloponnèse. Ces deux incendies étaient «en récession» lundi, mais les pompiers s’efforçaient toujours de les maîtriser. «En juillet, nous avons eu 1584 feux contre 953 en 2019», a déclaré le vice-ministre de la protection civile Nikos Hardalias sur Star TV, estimant que «l’on ne parle plus de changement climatique, mais de menace climatique».

A ce sujet:  «La catastrophe est immense»: les incendies font rage dans le sud de l’Europe

«Nous sommes dans une phase de dérégulation climatique absolue», a-t-il renchéri sur la télévision publique ERT, précisant qu'«au cours des dernières 48 heures, nous avons eu 116 incendies» en Grèce. Selon les scientifiques, les canicules sont un marqueur sans équivoque du réchauffement de la planète et ces vagues de chaleur sont appelées à encore se multiplier, s’allonger et s’intensifier.