«En Grèce, en ce moment, il y a une véritable explosion des violences faites aux femmes. Il règne un sexisme profond dans la société. J’ai tenu à manifester pour dénoncer cette situation», explique Maria Kornaraki. Elle a 20 ans, est étudiante en communication à l’Université d’Athènes et défile parmi des milliers d’autres Grecs dans les rues d’Athènes, ce vendredi 21 janvier au soir. C’est une affaire qui s’est déroulée lors de la nuit de la Saint-Sylvestre à Thessalonique qui les a poussés dans les rues de la capitale grecque et de quelques autres villes du pays. Relayée par les réseaux sociaux, elle a engendré un mouvement de soutien sans précédent, accompagné d’un discours contestant l’ordre patriarcal qui règne dans la société.