A partir de 06h00 vendredi, une douzaine de militants ont lu devant le Palais fédéral à Berne le nom des 12’000 Suisses qui ont signé l’appel de Greenpeace à l’adresse du gouvernement. Deux ours polaires en papier mâché de 90 centimètres sur 45 ont symboliquement été amenés sur la Place fédérale, a indiqué à l’ATS Hans Rudolf Dörig, substitut du secrétaire général au Département fédéral de l’environnement.

M. Dörig s’est vu remettre les plantigrades en début d’après-midi par Alex Hauri, chef de campagne chez Greenpeace. L’organisation environnementale souhaite que le ministre de l’environnement Moritz Leuenberger emmène les deux bêtes à Copenhague.

Selon Greenpeace, si tous les pays de la planète réduisaient de 20% leurs émissions de gaz à effet de serre par rapport aux valeurs de 1990, l’atmosphère se réchaufferait encore de 3 degrés d’ici 2100. Seuls 2 degrés seraient «tout juste supportables», selon un communiqué de l’organisation.

L’ONG demande en conséquence à la Suisse une réduction de 40% d’ici 2020 et un versement de 1,7 milliard de francs chaque année dans un fonds climatique international financé par les pays industrialisés.