«La grève de la SNCF en France devrait avoir un impact négatif sur le réseau TGV Lyria du 3 avril au 28 juin. Nous vous conseillons de reporter votre voyage autant que possible.» Les usagers du rail entre la Suisse et la France sont prévenus: dès leur premier clic sur le site des TVG Lyria, ou sur celui de la SNCF pour les lignes régionales, l’avertissement tombe comme un couperet. Un calendrier l’accompagne, indiquant les 18 séquences de grève prévues. Impossible, par exemple, d’embarquer ce mardi 3 avril pour Paris à destination de Genève, Lausanne, Zurich ou Berne: tous les trains sont a priori annulés. 

Lire aussi: Philippe Martinez face au mur Macron

Pour les usagers français du rail, les périodes les plus compliquées seront celles des vacances scolaires de printemps – qui démarrent le 7 avril et s’échelonnent jusqu’au 12 mai – et celles des traditionnels «ponts» du mois de mai. Point chaud prévisible: le long week-end du vendredi 4 au mercredi 10 mai, qui inclut la fête de
la victoire de 1945 (le 8 mai) et le jour de l’Ascension (le 10). La SNCF a promis d’indiquer, avant chaque journée de grève à 19h, lesquels de ses 15 000 trains quotidiens circuleront le lendemain. La compagnie publique mise, pour soulager ses usagers en colère, sur son site de covoiturage iDVroom.fr et sur ses bus (Ouibus.fr) dont la montée en puissance doit beaucoup à une certaine «loi Macron» votée en juillet 2015 lorsque l’actuel président était ministre de l’Economie.