La tension est à son comble au Soudan. Les forces de sécurité soudanaises tirent des grenades lacrymogènes pour tenter de repousser les milliers d'opposants au pouvoir militaire qui s'approchent ce samedi 25 décembre du palais présidentiel, bravant une coupure d'internet et du téléphone et une répression qui en deux mois de putsch a fait 48 morts.

La foule n'est plus qu'à une cinquantaine de mètres du palais de Khartoum, où siègent désormais les autorités de transition chapeautées par le général Abdel Fattah al-Burhane, auteur du coup d'Etat mené il y a deux mois jour pour jour le 25 octobre. Des manifestants évacuaient des blessés après ces tirs de grenades lacrymogènes, selon un journaliste de l'AFP.

Pays verrouillé

Dès les premières heures du jour, les autorités ont tenté de verrouiller le pays: d'abord, l'internet mobile a disparu, puis les communications téléphoniques n'ont plus fonctionné et les manifestants qui prévoyaient de venir des différents quartiers et banlieues vers le palais présidentiel ont découvert que dans la nuit des grues étaient venues déposer d'énormes containers en travers des ponts sur le Nil.

Il n'empêche, en début d'après-midi, comme à chaque fois qu'ils manifestent, ils étaient de nouveau des milliers, sous une nuée de drapeaux soudanais et les youyous de manifestantes à conspuer l'armée, son chef Burhane et même le Premier ministre civil Abdallah Hamdok, qui a retrouvé son poste en acceptant de reconnaître l'état de fait post-putsch, et donc la prolongation du mandat du général Burhane à la tête du pays pour deux ans.

Lire aussi: Pour les voisins du Soudan, un putsch pas si malvenu

Selon des témoins, ils étaient des milliers à Khartoum et dans ses banlieues et des centaines à Madani, une ville à 150 kilomètres au sud de la capitale. Il y a moins d'une semaine déjà, pour le troisième anniversaire du lancement de la «révolution» qui en 2019 força l'armée à mettre fin à 30 ans de dictature militaro-islamiste d'Omar el-Béchir, les partisans d'un pouvoir civil avaient montré qu'ils pouvaient encore mobiliser.

Ce jour-là, les forces de sécurité ont tiré à balles réelles, fait pleuvoir des grenades lacrymogènes sur les centaines de milliers d'entre eux sortis dans la rue et même recouru, selon l'ONU, à une arme déjà utilisée au Darfour en guerre: le viol. Samedi, les autorités ont eu recours à un autre outil de taille: comme durant près d'un mois après le putsch, elles ont coupé les Soudanais du monde.

«La liberté d'expression est un droit fondamental et cela inclut l'accès total à internet», a déjà protesté l'émissaire de l'ONU, Volker Perthes, rappelant que «personne ne devrait être arrêté pour avoir eu l'intention de manifester» alors que les militants font état de rafles depuis vendredi soir dans leurs rangs.

Le monde appelé à «surveiller»

Redoutant un nouveau déchaînement de violence, le syndicat de médecins pro-démocratie qui recense les victimes de la répression depuis 2018 a dit «demander au monde de surveiller ce qui va se passer» alors que les militants peinent à faire sortir du pays des images via les militants de la diaspora. Les cortèges doivent converger vers le palais présidentiel, car c'est désormais là que siègent les autorités de transition dirigées par le général Burhane.

Mais dès vendredi, le gouvernorat de Khartoum a prévenu: les forces de sécurité «s'occuperont de ceux qui contreviennent à la loi et créent le chaos» notamment aux abords «des bâtiments de souveraineté stratégique», alors qu'à chaque manifestation, les premiers tirs ont lieu devant le Parlement, le palais présidentiel ou le QG de l'armée.

En apparence, après son putsch dénoncé par le monde entier ou presque, le général Burhane a rétabli le Premier ministre civil Abdallah Hamdok, mais le Soudan n'a toujours aucun gouvernement, condition sine qua non à la reprise de l'aide internationale, vitale pour ce pays, l'un des plus pauvres au monde.

Lire aussi: Ces rivalités qui mettent en péril la transition démocratique au Soudan

En outre, il promet les premières élections libres depuis des décennies en juillet 2023, sans convaincre les partisans d'un pouvoir uniquement civil dans le pays, sous la férule de l'armée quasiment sans interruption en 65 ans d'indépendance. Ils ont ainsi déjà annoncé qu'ils manifesteraient de nouveau le 30 décembre au Soudan englué dans le marasme politique et une inflation à plus de 300%.

Dimanche dernier malgré tout, les anti-putsch ont franchi un palier symbolique important: en soirée, aux portes du palais présidentiel, ils avaient annoncé un «sit-in illimité», le mode opératoire de la «révolution» de 2019 qui, au terme de plusieurs mois de sit-in, avait renversé Béchir. En quelques heures à peine, les forces de sécurité étaient parvenues à disperser les milliers de protestataires à coups de bâtons.