Le groupe Etat islamique (EI), défait en Irak et en Syrie, a annoncé mercredi la mort de son chef, Abou Hassan al-Hachimi al-Qourachi, précisant qu’il avait été tué «en combattant les ennemis de Dieu». Dans un message audio, le porte-parole du groupe djihadiste a annoncé qu’un nouveau «calife des musulmans», Abou Al-Hussein al-Husseini al-Qourachi, avait été nommé.

Le chef du groupe jihadiste a été tué par des rebelles dans le sud de la Syrie, a annoncé mercredi le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom). «Cette opération a été menée à la mi-octobre par l’Armée syrienne libre dans la province de Daraa en Syrie», a déclaré le Centcom dans un communiqué, ajoutant que «la mort d’Abou Hassan al-Hachimi al-Qourachi est un nouveau coup pour l’EI».

Lire aussi: «L’Etat islamique pourrait se réorganiser et attaquer»: en Syrie, l’inquiétude des Kurdes grandit

Il ne donne pas non plus d’indication sur le nouveau chef du groupe, qui porte le même nom Al-Qourachi que son prédécesseur, qui se réfère à la tribu du prophète Mahomet, dont le «calife» autoproclamé doit être un descendant.

Califat autoproclamé

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 en Irak et en Syrie, et la conquête de vastes territoires, l’EI a vu son «califat» autoproclamé être renversé sous le coup d’offensives successives dans ces deux pays, respectivement en 2017 et 2019.

Lire aussi: L'Etat islamique veut «venger» la mort de Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi, son ancien chef

Depuis, l’organisation a plusieurs fois été déstabilisée par la mort ou la capture de ses dirigeants. Le premier chef de l’EI, Abou Bakr al-Baghdadi al-Qourachi, avait été tué lors d’un raid américain en 2019 en Syrie et son successeur, Abou Ibrahim al-Hachimi al-Qourachi, a été éliminé en février dans une opération des forces spéciales américaines dans le nord-ouest du pays.