Terrorisme

Le groupe Etat islamique revendique l'attentat de Manchester

La police a commencé à rendre publics les noms des 22 victimes de l'explosion d'un engin artisanal lundi soir à la fin du concert de la chanteuse américaine Ariana Grande. Les condamnations et témoignages de soutien aux Mancuniens ont afflué toute la journée. Un homme de 23 ans a été arrêté, une opération de police était toujours en cours mardi en fin d'après-midi

Ce qu'on sait du drame

  • L'explosion est survenue au moment où le public quittait la Manchester Arena, la plus grande salle de concerts de la ville
  • Le bilan est de 22 morts et 59 blessés
  • La police britannique a confirmé que l'attaquant était seul et qu'il est mort en faisant sauter un engin artisanal
  • La campagne pour les législatives est suspendue
  • Un homme de 23 ans a été arrêté en fin de matinée à Manchester
  • Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attentat, plus de 12 heures plus tard

17h00. La police britannique vient de rendre public le nom d'une troisième victime, un jeune homme de 26 ans. Une opération de police est toujours en cours devant un immeuble moderne de Manchester, où résident de nombreux étrangers, selon The Guardian. 

C'est la fin de ce suivi en continu. Vous pouvez en attendant nos prochains articles lire:

- le reportage de notre envoyé spécial à Manchester Eric Albert: A Manchester, la jeunesse britannique touchée de plein fouet

- le texte désenchanté de notre chroniqueuse Marie-Pierre Genecand: Paris, Nice, Manchester: la fin de l’insouciance


Un attentat minutieusement préparé. L'AFP a interrogé deux spécialistes des questions de sécurité. Pour Kit Nicholl, analyste sur les questions de sécurité de l'institut Jane's, «L'emplacement de l'auteur de l'attentat-suicide au moment de la détonation, qui a fait un nombre maximum de morts dans un lieu clos tout en permettant d'éviter les contrôles de sécurité, suggère que l'opération a nécessité une planification considérable» et notamment «une reconnaissance des lieux», dit-il. «L'usage d'un engin explosif improvisé montre aussi un niveau de sophistication supérieur aux récentes attaques perpétrées contre le Royaume-Uni», ajoute-t-il, soulignant que des mesures avaient été mises en place depuis les attentats de Londres en 2005 pour empêcher l'achat des composants pouvant être utilisés pour fabriquer des explosifs.

Un avis partagé par David Videcette, un ancien enquêteur de la police de Londres. Interrogé par l'AFP, il note «le niveau de compétence qu'il faut avoir pour fabriquer complètement un engin explosif improvisé qui fonctionne en passant au travers des mesures de sécurité mises en place depuis 2005». «Tous ces éléments suggèrent que l'auteur n'a pas agi seul», en conclut Kit Nicholl alors que, pour l'heure, la police ne s'avançait pas sur cette hypothèse.

Plusieurs enfants parmi les victimes. Une fillette de 8 ans fait partie des décédés. Douze enfants de moins de 16 ans font partie des blessés hospitalisés, selon un service infirmier hospitalier.

Une opération de police en cours. La police perquisitionnait à la mi-journée un immeuble de Manchester, Royston Court sur Carlton Road, un immeuble construit il y a deux ans et occupé par de nombreux réfugiés, selon le Guardian. C'est de là que viendrait le kamikaze. 

13h30. Le groupe Etat islamique revendique l'attentat de Manchester, selon l'agence de propagande Amaq, lue par le site de surveillance djihadiste américain SITE. Un «soldat du califat» - l'expression signifie que l'attaque a peut-être été inspirée mais pas commanditée par l'Etat islamique.

L'indignation de la Reine. L'attentat suicide de Manchester est un «acte barbare», pour Elizabeth II. «La nation toute entière a été choquée (...) j'exprime ma plus profonde sympathie à tous ceux qui ont été affectés par ce terrible événement, en particulier aux familles et aux proches de ceux qui ont été tués ou blessés» dans cet «acte barbare», a déclaré la monarque dans un communiqué.

Arrestation. Un homme de 23 ans a été arrêté à la mi-journée dans le sud de Manchester en lien avec l'attaque, a indiqué la police peu avant 13h00, heure suisse. Un centre commercial a été évacué peu auparavant, sans qu'apparemment les deux événements soient connectés. Des perquisitions et d'autres arrestations pourraient suivre, selon la BBC.

Un attentat fait pour faire «un maximum de victimes». «Nous savons qu'un terroriste isolé a fait détoner un engin explosif à l'une des sorties de la salle, choisissant délibérément l'endroit et l'heure pour causer un maximum de victimes, dont de nombreux enfants et jeunes», a déclaré à la mi-journée ce mardi Theresa May qui a évoqué une «attaque terroriste épouvantable et sans pitié». La première ministre a aussi indiqué que la police britannique pensait avoir identifié le kamikaze.

Une attaque «très professionnelle». C'est ce que juge Chris Phillips, ex patron de l'antiterrorisme britannique, au micro de la BBC. «Je serais très surpris s'il n'y avait qu'une seule ceinture d'explosifs, et je serais vraiment surpris si vraiment une seule personne était impliquée.»

Veillée à Manchester. Une veillée de souvenir aura lieu ce soir à 18h00, heure anglaise, à Manchester, a annoncé le maire de la ville. 

Sécurité renforcée pour les événements culturels et sportifs en France. Le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb a annoncé mardi matin que la sécurité des événements festifs culturels et sportifs allait être renforcée. Cet après-midi, une minute de silence sera observé au festival de Cannes.

Les messages de soutien d'Angela Merkel, Donald Trump, Doris Leuthard... De Béthléem, en Cisjordanie occupée, Donald Trump a vivement condamné l'attentat de Manchester. «Tant de jeunes gens magnifiques, vivants et aimant la vie, assassinés par des losers malfaisants. Je ne les appellerai pas des monstres car ils aimeraient trop ce mot», a déclaré le président américain en présence du président palestinien Mahmoud Abbas avec lequel il s'est entretenu dans la matinée.

La chancelière allemande Angela Merkel a exprimé sa «tristesse» et son «horreur», le président français Emmanuel Macron son «effroi» et sa «consternation».

Le président russe Vladimir Poutine s'est dit prêt à «développer la coopération antiterroriste» avec la Grande-Bretagne après cet attentat «cynique et inhumain».

La présidente de la Confédération Doris Leuthard aussi a condamné mardi le «terrible attentat».


«Londres est aux côtés de Manchester, nos pensées vont aux morts et aux blessés», a tweeté le maire de la capitale britannique Sadiq Khan.

Sur les réseaux sociaux, des milliers de vidéos circulent, prises par les spectateurs du concert tous munis bien sûr de smartphones.


Questions sur la sécurité. De nombreux médias font état de procédures de sécurité défaillantes voire absentes à l'entrée de l'Arena de Manchester. Pas de détecteur de métal, les sacs pas tous contrôlés, de loin; et il était possible de passer n'importe quoi caché sous un manteau, expliquent des témoins dans le Daily Mail par exemple. Il reste que les circonstance exactes de l'explosion ne sont pas parfaitement claires, on ne sait pas précisément si la bombe a été déclenchée dans le hall d'entrée de la salle ou juste devant.

L'attaquant mort sur place, et nouveau bilan de 22 morts. Le chef de la police de Manchester a confirmé vers 8h00 ce matin, heure suisse, que le bilan était passé de 19 à 22 morts, dont des enfants. La police pense qu'il y avait un seul attaquant, qu'il a déclenché un engin artisanal sur place et qu'il est mort dans l'explosion. La priorité est maintenant de déterminer s'il a agi seul ou en lien avec un réseau terroriste, a expliqué le Chief Constable Ian Hopkins, qui a refusé de communiquer la nationalité du tueur.

Des messages déchirants. Sur Twitter, nombreux sont les parents terriblement inquiets qui postent des photos et des messages déchirants à la recherche de leurs enfants partis au concert, et dont ils sont sans nouvelles. Des quantités de photos de jeunes filles circulent, souriantes, belles: elles sont le premier public d'Ariana Grande, pop star incontournable depuis son titre The Way en 2013. La chanteuse américaine de 24 ans a quasiment 45 millions abonnés sur Twitter et compte 105 millions de fans sur Instagram.

Des blessures similaires à des blessures de guerre. Les services d'infirmerie décrivent des blessures semblables à celles provoquées par des éclats d'obus.

Campagne électorale suspendue. La première ministre conservatrice Theresa May et son rival travailliste Jeremy Corbyn ont décidé mardi de suspendre «jusqu'à nouvel ordre» leur campagne en vue des élections législatives du 8 juin, en raison de l'attentat, a annoncé l'agence AP.

Au moment où le public sortait. Quasiment tous les témoins, dans et hors de la salle, évoquent sur les médias britanniques un grand bang. D'après le compte Twitter de la salle Manchester Arena, l'incident a eu lieu hors de l'enceinte, au moment où le public quittait la salle. Selon un communiqué de la police des transports de Manchester, une explosion s'est produite dans le foyer du stade qui abrite la salle de concerts.

«Tout le monde essayait de fuir» «Nous étions en train de quitter la salle après le concert d'Ariana Grande vers 22h30 lorsqu'on a entendu un bang, comme une explosion, qui a paniqué tout le monde, et tout le monde essayait de fuir la salle», a raconté Majid Khan, 22 ans, à l'agence britannique Press Association. «Tous les gens qui étaient de l'autre côté de la salle de concerts où le bang a été entendu sont soudain venus vers nous en courant et ils essayaient de sortir, donc ça bloquait, et tout le monde fuyait vers la sortie qu'il pouvait trouver le plus rapidement possible», a-t-il ajouté. «C'était la panique.»

«Des gens hurlaient qu'ils avaient vu du sang, mais d'autres disaient que c'étaient des ballons qui avaient explosé ou une enceinte qui avait claqué», a complété Robert Tempkin, 22 ans, à la BBC.

Une salle de 20 000 places. La police a été alertée à la suite d'informations faisant état d'une ou plusieurs explosions d'origine indéterminée qui ont provoqué la panique dans la plus grande salle de concerts de la ville, la Manchester Arena, d'une capacité d'environ 20 000 personnes.

L'immense chagrin d'Ariana Grande. La chanteuse américaine Ariana Grande qui venait de s'y produire est indemne, a indiqué un de ses représentants. L'artiste a réagi sur Twitter, se disant «brisée». «Du fond du cœur, je suis tellement désolée. Je n'ai pas de mots.»

«Une épouvantable attaque terroriste»pour Theresa May. La police britannique est restée prudente pendant plusieurs heures avant de finir par dire qu'elle traitait l'affaire comme un «incident terroriste».

«Nous travaillons à établir tous les détails de ce qui est traité par la police comme une épouvantable attaque terroriste», a confirmé la première ministre britannique Teresa May, en exprimant sa sympathie aux familles.

Des habitants solidaires. Les habitants de Manchester ont commencé à ouvrir leurs domiciles aux gens restés bloqués après l'incident, sous le hashtag #RoomforManchester.

Trafic ferroviaire stoppé. Le trafic ferroviaire vers la gare de Manchester Victoria, proche de la salle de concerts, a été stoppé, a indiqué l'opérateur Northern Railway.

Les précédents. La Grande-Bretagne a subi ces dernières années plusieurs attentats terroristes, dont le plus grave a fait 56 morts le 7 juillet 2005. Quatre attentats-suicides coordonnés à l'heure de pointe avaient frappé trois rames de métro et un autobus londoniens. La dernière attaque terroriste au Royaume Uni s'est déroulée il y a deux mois, à Londres. Le 22 mars, un citoyen britannique converti à l'islam, Khalid Masood, avait tué cinq personnes en fonçant dans la foule avec son véhicule avant de poignarder mortellement un policier avant d'être abattu près du Parlement.

Publicité