Suède

Les habitants de Malmö face à la loi des gangs

L’assassinat d’une jeune mère de famille en pleine rue ravive le débat sécuritaire dans le royaume scandinave

L’enterrement de Karolin Hakim, ce mercredi, fait ressurgir de douloureux souvenirs dans le quartier chic de Ribersborg où elle habitait. A un carrefour, face à la terrasse d’un restaurant, des fleurs et des bougies entourent la photo de cette jeune médecin tuée à l’âge de 31 ans. «Elle était d’ici, confie le marchand de journaux, sa mort est un choc.» Une voiture s’arrête, laissant descendre Lena, qui a fait vingt kilomètres depuis son village pour déposer une rose. «On devrait s’occuper des bandes organisées dans cette ville, lâche-t-elle, il y a tant de gens qui ne devraient pas en souffrir.»

Le 26 août dernier, Karolin Hakim était abattue dans cette rue paisible, alors qu’elle tenait son bébé de 2 mois dans les bras. Une vidéo prise par un voisin montre un homme cagoulé s’enfuir, une arme à la main, après avoir tiré sept ou huit coups de feu. Le mode opératoire oriente la police vers le crime organisé. La presse locale évoque le passé criminel, non confirmé par les enquêteurs, du père de l’enfant. Ce dernier était-il la véritable cible de l’attaque, ou la jeune femme a-t-elle été délibérément visée? Ces questions sont encore sans réponse mais ce crime a choqué les Suédois, le monde politique, et jusqu’aux membres locaux de gangs, pour lesquels «des tabous ont été brisés».

Lire aussi: Le mystère des voitures brûlées dans l’ouest de la Suède

Malmö est une habituée des faits divers. Cette ville de 340 000 habitants, porte d’entrée méridionale de la Suède où l’on parlerait 185 langues différentes, fait souvent la une. Et les fantasmes n’ont fait que se renforcer avec l’ouverture du pont de l’Oresund en 2000, qui la relie à sa voisine Copenhague et au reste de l’Europe.

Relever la tête

Pour certains habitants de Malmö, cependant, l’assassinat de Karolin Hakim est un signe: celui qu’il faut relever la tête. C’est ce qu’a fait Mariam Bagher, en lançant un groupe Facebook intitulé Mammaupproret, la révolte des mères. «La réponse a été immédiate, et nous avons maintenant plus de 5000 membres», se félicite cette chercheuse de l’Université de Lund. Ni militante ni impliquée dans la vie politique, Mariam Bagher est devenue le visage du ras-le-bol des habitants. Son groupe a rédigé un cahier de propositions – qui vont du contrôle accru du pont frontalier au suivi renforcé des jeunes «à risques» – et prévoit d’organiser une manifestation dans les prochaines semaines. «Nous devons être vues et entendues par tous, car ce qui arrive à Malmö arrive aussi dans d’autres villes du pays», clame-t-elle.

De fait, ce fait divers tragique a ravivé le débat sécuritaire en Suède. Le royaume nordique est-il sûr, comme l’affirme le gouvernement social-démocrate? Ou est-il en train de devenir un coupe-gorge, comme le martèlent l’extrême droite et une partie de la droite, en pointant du doigt la vague migratoire et les réductions de peine accordées aux moins de 21 ans? Si l’on considère l’insécurité en général, force est de constater que la Suède a perdu sa spécificité, avec l’apparition de quartiers sensibles, où l’on brûle des voitures et caillasse les forces de l’ordre. Concernant les homicides, les chiffres compilés par le Conseil national pour la prévention du crime (Brå) offrent le même constat. «La baisse continue qui avait commencé dans les années 1990 s’est interrompue en 2013, résume l’enquêtrice Klara Hradilova Selin. A cause des fusillades entre gangs, le taux d’homicide est remonté et se situe aujourd’hui au-dessus de la moyenne européenne.»

Lire aussi: La Suède sera gouvernée plus à droite

Explosifs et grenades

Une violence montante qui a aussi changé de visage. Les homicides par balles ont plus que doublé et en 2018, année record, 272 fusillades ont fait 45 morts et 129 blessés. Les règlements de comptes discrets ont aussi laissé place à des vendettas en pleine rue, beaucoup plus traumatisantes. «A Malmö, les chiffres de la violence sont à la baisse mais ça n’a pas fait diminuer la peur, remarque le chef de la police, Stefan Sintéus. Les criminels ne se donnent plus rendez-vous sur des terrains vagues, la nuit, sans témoins. Aujourd’hui, ça se passe en plein jour, devant les gens.» Autre spécificité suédoise: l’usage d’explosifs et de grenades à main. Plus de 100 explosions ont secoué Malmö en 2017 et 2018. «On ne parle pas de mafias comme celles des bikers qui sont déjà bien établies et n’ont pas besoin d’étaler leur pouvoir, ajoute le criminologue Amir Rostami. Notre problème, ce sont des jeunes de banlieue qui sortent les armes pour régler tous leurs problèmes, que ce soit lié au trafic de drogue ou à une petite amie.»

Deux jours après l’assassinat de Karolin Hakim, une jeune fille de 18 ans, elle aussi mariée à un ex-prisonnier, a été tuée à Stockholm après que la façade de son appartement a été criblée de balles. Une fois de plus, la guerre des gangs a été mise en cause. Deux drames qui ont poussé le roi de Suède – fait rarissime – à exprimer publiquement son inquiétude, et le gouvernement à inviter tous les partis politiques sauf l’extrême droite à faire de nouvelles propositions pour mettre fin à cette hécatombe.

Publicité