Pour la première fois de son histoire, le Hamas islamiste palestinien a annoncé lundi soir avoir modifié son programme politique, disant accepter un Etat palestinien limité aux frontières de 1967 et insistant sur le caractère politique et non religieux du conflit avec Israël.

Le Hamas est considéré comme «terroriste» par les Etats-unis, l'Union européenne et Israël et nombre de ses dirigeants sont visés par des sanctions.

En amendant pour la première fois en près de 30 ans ses textes fondateurs, dénoncés par beaucoup -Israël en tête- comme «antisémites», il tente de revenir dans le jeu des négociations internationales, estiment les experts.

Un consensus national

Cette annonce intervient à 48 heures de la première rencontre entre le président américain Donald Trump et son homologue palestinien Mahmoud Abbas, à couteaux tirés avec le Hamas. A ce sujet, Khaled Mechaal a dit à l'AFP espérer que la nouvelle administration américaine «agisse plus sérieusement pour la cause palestinienne et change les conceptions erronées au sujet du peuple palestinien».

Lire aussi: Donald Trump invite le président palestinien à la Maison Blanche

«Le Hamas est un mouvement vivant qui se renouvelle», a plaidé son chef Khaled Mechaal lors d'une conférence de presse à Doha. Mais, a indiqué l'ancien Premier ministre Ismaïl Haniyeh à l'AFP, le Hamas «reste attaché à ses principes traditionnels, ses stratégies et ses constantes».

Le Hamas insiste sur le fait qu'il ne reconnaît pas l'Etat hébreu et un document rendu public évoque «la Palestine, du fleuve Jourdain à la mer Méditerranée». Mais dans le document, le Hamas estime qu'«un Etat palestinien entièrement souverain et indépendant dans les frontières du 4 juin 1967, avec Jérusalem pour capitale, (...) est une formule de consensus national».

«Nous sommes prêts à coopérer avec quiconque pouvant nous aider à obtenir» cet Etat, a ajouté Khaled Mechaal.

En inscrivant qu'il accepte un Etat limité à la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est, le Hamas endosse les frontières déjà reconnues par l'Organisation de libération de la Palestine (OLP), dont il ne fait pas partie.

Une ouverture au dialogue

En outre, le document qui s'ajoute à la charte originelle de 1988, affirme que le Hamas est «en conflit avec le projet sioniste et non avec les juifs en raison de leur religion». Le mouvement prend par ailleurs ses distances avec les Frères musulmans égyptiens.

Lire aussi: Comment parler aux Frères musulmans ?

«Idéologiquement, nous faisons partie de l'école frériste (...) mais nous ne suivons aucun mouvement en termes d'organisation», a précisé Khaled Mechaal, un gage donné au voisin égyptien, selon les observateurs.

Avec l'annonce de ces changements, le mouvement entend s'ouvrir au dialogue avec les autres forces palestiniennes mais surtout avec les capitales étrangères qui, jusqu'ici, refusent tout dialogue officiel avec le Hamas, qui contrôle depuis 10 ans la bande de Gaza.

Une annonce qui ne convainc pas Israël 

Israël a toutefois déjà répliqué qu'il n'était pas convaincu. Le Cogat, l'organe du ministère israélien de la Défense en charge des Territoires occupés, a estimé que le Hamas «se moque du monde en essayant de se présenter avec ce soi-disant document comme une organisation éclairée».

«Ils creusent des tunnels pour mener des actes terroristes et tirent des milliers et des milliers de missiles sur des civils israéliens», a accusé David Keyes, un porte-parole du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu dans un communiqué.

Le Hamas a combattu, aux côtés d'autres mouvements armés, à trois reprises l'armée israélienne à Gaza depuis 2008. Et il refuse, a dit Khaled Mechaal, «que quiconque attente à la résistance et à ses armes».

Lire aussi: Une loi controversée adoptée par le parlement israélien

«Considérer la charte de 1988 comme caduque fait débat depuis des années au Hamas. Pour ne pas l'abroger, un nouveau document a été rédigé pour établir les positions politiques du Hamas», explique à l'AFP Leïla Seurat, chercheur associée au Centre de recherches internationales (CERI).

Pour cette spécialiste du Hamas, la reconnaissance des frontières de 1967 n'implique «pas une reconnaissance d'Israël». «La seule nouveauté, c'est qu'il l'inscrit pour la première fois dans un document propre au mouvement» qui vaut également pour sa branche armée, souligne-t-elle. Militaires et politiques sont régulièrement présentés comme concurrents au sein du Hamas.

Khaled Mechaal a toutefois prévenu: «la politique du Hamas est de refuser les négociations directes avec Israël car il n'y a pas d'équilibre des forces».