Le HCR envisage de nouvelles délocalisations

Genève Offre du Danemark

La capitale danoise Copenhague se profile comme une redoutable concurrente pour la Genève internationale. Le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR) vient d’y déménager deux postes. De nouvelles délocalisations sont envisagées pour juguler les coûts de son siège à Genève, comme l’a révélé la RTS jeudi. Le franc fort n’est pas seul en cause. Le HCR est bien plus frappé par la baisse de l’euro, qui représente un tiers des financements de l’organisation.

«Une décision sur l’ampleur des délocalisations sera prise ces prochaines semaines», informe William Spindler, porte-parole du HCR. L’agence onusienne est confrontée à une multiplication des crises humanitaires, avec un nombre record de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale. Le HCR engage donc du monde, en priorité sur le terrain, mais aussi pour la coordination de ses programmes. «Mais nous ne voulons pas augmenter les coûts de notre siège», insiste William Spindler. Ces dernières années, le HCR avait déjà délocalisé ses services administratifs, notamment à Budapest.

Loyers payés

Dans ce contexte, l’offre danoise est très intéressante. Un immeuble flambant neuf a été construit dans le port de Copenhague. La «cité de l’ONU» (UN City) accueille déjà neuf antennes onusiennes: de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), du Programme alimentaire mondial ou du Programme des nations unies pour le développement (PNUD). Le HCR y dispose d’un bureau depuis l’an dernier. La «cité de l’ONU» vise à des économies d’échelle en mutualisant certains services ainsi qu’une meilleure coopération entre les organisations hébergées sous le même toit.

Copenhague avait tenté d’attirer une centaine d’emplois genevois de l’Unicef. Le gouvernement danois était prêt à payer les loyers des bureaux, les frais de déménagement ainsi qu’un forfait pour chaque employé. En novembre dernier, la Suisse avait toutefois réussi à convaincre l’Unicef de rester à Genève.