États-Unis

Hillary Clinton, la femme derrière toutes les procédures d’impeachment

En 1974, en plein Watergate, la New-Yorkaise, alors jeune juriste de 26 ans, avait participé à la rédaction d’un document pour établir les bases juridiques d’une destitution présidentielle

Quel est le point commun entre les procédures d’impeachment contre Richard Nixon (1974), Bill Clinton (1998) et Donald Trump (2019)? Hillary Clinton! C’est elle, qui en 1974, à l’âge de 26 ans, a participé, comme juriste, à la rédaction d’un impeachment memo, à mille lieues de se douter qu’il serait utilisé bien des années plus tard contre son propre mari. Puis contre celui qui lui a infligé une défaite lors de l’élection présidentielle de 2016.

«Trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs»

En 1974, en plein scandale du Watergate, Hillary Rodham – elle deviendra Clinton en 1975 – faisait partie d’un groupe bipartisan de juristes, engagés par une commission de la Chambre des représentants, chargés de plonger dans l’histoire de la destitution, en remontant jusqu’à ses racines, en Angleterre, au XIVe siècle. But: établir les motifs qui justifient une destitution. Car la Constitution américaine est très floue. Son article 2 stipule seulement que le président peut-être destitué pour «trahison, corruption ou autres crimes et délits majeurs». Rien de plus. Il fallait donc déterminer ce que «autres crimes et délits majeurs» pouvait regrouper.