Des dizaines de personnalités françaises et étrangères étaient présentes mercredi à l’hôtel des Invalides, à Paris, pour l’hommage national à Simone Veil. Cette figure éminente de la vie politique française, proeuropéenne et féministe ardente, est décédée vendredi.

«J’ai décidé, en accord avec sa famille, que Simone Veil reposerait avec son époux au Panthéon» pour lui témoigner «l’immense remerciement du peuple français à l’un de ses enfants tant aimés», a déclaré Emmanuel Macron dans son éloge funèbre. Symbole du combat pour l’émancipation féminine, elle sera seulement la cinquième femme (contre 76 hommes) à être honorée dans ce «temple» de la République situé à Paris.

Beaucoup d’anciens ministres présents

Plusieurs chefs de gouvernement étrangers, dont le Belge Charles Michel, le Luxembourgeois Xavier Bettel et le Bulgare Boïko Borissov, participaient à cette célébration funèbre ouverte au public dans la cour d’honneur des Invalides, en présence de sa famille, du président Emmanuel Macron, de ses prédécesseurs et du gouvernement français pratiquement au complet. La cérémonie a débuté peu après 10h30.

Bernadette Chirac représentait son époux Jacques Chirac, tandis que Nicolas Sarkozy et François Hollande étaient aussi présents. La quasi-totalité des premiers ministres français de ces dernières années était là aussi. Après avoir passé les troupes en revue, le chef de l’Etat a rejoint l’assistance pour l’entrée du cercueil, revêtu du drapeau tricolore et porté par des gardes républicains, au son de la marche funèbre de Chopin.

Des pétitions signées par plusieurs dizaines de milliers d’internautes, connus ou inconnus, avaient appelé à l’entrée au Panthéon de celle qui laissa son nom à la loi de 1975 sur la légalisation de l’avortement. Sa disparition a suscité une pluie d’hommages unanimes, en France et en Europe. Le Parlement européen à Strasbourg, tout comme les parlementaires français réunis en congrès à Versailles, a observé une minute de silence à sa mémoire lundi.