Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le Sénat a écrit une «mauvaise page dans l’histoire des droits civils de notre pays», ont unanimement condamné les associations de défense des droits des homosexuels à propos de l'adoption d'un texte sur le mariage pour les personnes de même sexe.
© FILIPPO MONTEFORTE

Europe

Les homosexuels rejettent les unions civiles à l’italienne

Le Sénat italien a adopté jeudi le projet de loi sur les unions civiles pour les couples gays. Les associations homosexuelles regrettent la disparition de la possibilité d’adoption, dans un texte que la Chambre des députés doit encore valider

«L’amour a gagné», s’est réjoui le président du Conseil italien, Matteo Renzi, après l’adoption par le Sénat jeudi soir du projet de loi sur les unions civiles pour les homosexuels. Mais quel amour? Certainement pas celui unissant les couples de personnes de même sexe, répondent les premiers concernés par le texte.

Le Sénat a écrit une «mauvaise page dans l’histoire des droits civils de notre pays», ont unanimement condamné les associations de défense des droits des homosexuels. Plus d’une trentaine d’entre elles ont appelé à manifester le 5 mars contre un texte que la Chambre des députés, où le Parti démocrate au pouvoir (PD, centre gauche) a une large majorité, doit maintenant définitivement approuver.

Ire des mouvements LGBT

Le gouvernement italien et les sénateurs se sont attiré l’ire de ces mouvements lorsqu’ils ont décidé de supprimer du projet de loi original la possibilité pour un membre d’un couple gay d’adopter l’enfant naturel de son conjoint. Le texte «ignore complètement l’existence et les exigences des enfants des couples homosexuels», s’indignent les défenseurs des droits LGBT dans une déclaration commune. Le projet de loi permet néanmoins à la justice d’examiner au cas par cas les demandes d’adoption des couples de même sexe.


Mais si «l’amour a gagné», il ne s’agit pas nécessairement d’un amour fidèle. Car la mouture finale du projet de loi supprime aussi l’obligation de fidélité au sein de ces couples. Ce changement a permis au chef du gouvernement de rassembler les voix des catholiques de sa formation et celles du Nouveau centre droit (NCD). Ceux-ci jugeaient le texte sur les unions civiles trop proche du mariage.

«Mariage égalitaire»

Ce compromis du Premier ministre, lui-même catholique, a permis au texte d’être approuvé, une première dans un pays d’Europe ne reconnaissant toujours aucun statut aux couples de même sexe. Mais le résultat a révélé, selon les associations homosexuelles, «l’incapacité du PD d’approuver une loi ni bonne ni innovante ni même décente». «Nous n’avons pas attendu 30 ans pour cela», regrettent-elles.

Après avoir demandé à l’Italie de «se réveiller» lors des manifestations en soutien au projet de loi original, fin janvier dans toute la Péninsule, ces mêmes mouvements ont décidé de durcir leur slogan: «Maintenant ça suffit! L’Italie laïque hausse le ton». Ils ont ainsi déplacé le débat sur le front religieux et réclament désormais un «mariage égalitaire».

Le ministre de l’Intérieur est particulièrement visé, après s’être réjoui à sa manière de l’adoption du projet de loi. «Que deux personnes du même sexe aient la possibilité d’avoir un enfant est interdit par la nature, a lancé Angelino Alfano. Nous avons empêché une révolution contre nature et anthropologique».

La gauche divisée

Cet ancien dauphin de l’ex-président du Conseil, Silvio Berlusconi, est à la tête du NCD, parti au sein de la coalition gouvernementale avec lequel le PD a trouvé un accord afin d’avoir les voix nécessaires pour l’adoption du texte. Mais ces élus de centre droit se revendiquant catholiques sont des «composantes homophobes et rétrogrades», condamnent les mouvements gays, ayant «infesté le parti de Matteo Renzi» devenu une «anomalie dans le panorama de la gauche européenne».

Reste une gauche dans laquelle ils croient encore. Celle de Monica Cirinnà, à l’origine du projet de loi. La démocrate qui avait participé à la manifestation romaine des défenseurs des droits des homosexuels regrette une «victoire» de son parti lui «trouant le cœur». Au lendemain de l’adoption du texte, elle a annoncé un projet de loi spécifique sur les adoptions pour les couples gays, déjà «presque prêt».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo monde

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

Cela faisait 5 ans que le pays adepte des grandes démonstrations de force n'avait plus organisé ses «jeux de masse», où gymnastes et militaires se succèdent pour créer des tableaux vivants devant plus de 150 000 spectacteurs. Pourquoi ce retour?

La Corée du Nord organise le plus grand show du monde. Mais pourquoi?

n/a