Asie

A Hongkong, les manifestants investissent le parlement

La cité portuaire a connu lundi une nouvelle journée de protestations. Les mécontents, soigneusement organisés, ont défié une nouvelle foi les forces de l’ordre dans l’espoir de ne pas être absorbés trop vite par la dictature chinoise

Lors d'une conférence de presse avant l'aube de mardi, Carrie Lam, qui dirige l'exécutif de Hong Kong et bat des records d'impopularité, a condamné l'invasion «extrêmement violente» du parlement. Evoquant des événements «bouleversants et choquants», elle a dit espérer que la société «revienne à la normale aussi vite que possible». Pour le chef de la police Stephen Lo, qui se tenait près de Carrie Lam, «les actes violents des manifestants ont dépassé de loin la limite de l'expression pacifique de revendications».

Les jeunes hommes s’emparent du chariot en métal rempli de vieux cartons et foncent dans la paroi vitrée qui orne l’entrée du Legco, le parlement de Hongkong. Un autre se saisit d’une barre de fer et se met à la fracasser. A l’intérieur, les policiers en équipement antiémeute ont levé une bannière rouge qui dit: «Cessez de charger, sinon nous emploierons la force».

Lire aussi: Des manifestants entrent de force dans le Parlement de Hong Kong